Entretien avec Evelyne Achon, de Ciel ! Mes aïeux

Commentaires

Dans le cadre de notre rubrique sur les personnalités de la généalogie, nous avons invité la généablogueuse Evelyne Achon, auteure du blog Ciel ! Mes aïeux à répondre à notre questionnaire.

Présentez-vous en quelques lignes : 

Je m’appelle Evelyne ACHON et je viens de souffler ma 65ème bougie (déjà…) Je suis mariée, mère de deux grands enfants et grand-mère de deux « petits amours ».
Je suis née à Paris et je réside dans l’Essonne.
Mon mari étant très pris par son activité professionnelle, j’ai cessé de travailler pour élever nos enfants (j’étais secrétaire-comptable dans une PME) et je me suis impliquée dans la vie associative. J’ai dirigé, entre autre, un club de loisirs et d’activités culturelles pendant plus d’une décennie dans ma commune.
Outre la généalogie, j’aime la lecture, les voyages, le modelage, les sorties culturelles… et la cuisine. Je l’avoue, je suis gourmande !

Quelle est votre activité actuelle ?

Monsieur étant retraité depuis peu, nous nous partageons entre la région parisienne et le sud de la France où vivent nos petits-enfants.
Je suis toujours active dans le milieu associatif, au sein de l’association nommée ci-dessus : j’anime un atelier de généalogie et je participe à l’organisation de conférences sur différents thèmes d’actualité.
Je suis également, la Présidente, bien modeste, de l’association GENEATECH.

Comment est né votre intérêt pour la généalogie ?

L’élément déclencheur a été le décès de mes parents. Je suis une enfant unique,  je n’ai connu aucun de mes grands-parents et ma maman a été abandonnée à l’âge de 3 ans. Forcément, beaucoup de questions sur ma famille sont restées sans réponse… J’ai pensé que la généalogie pouvait m’aider à comprendre et cela fait maintenant une quinzaine d’années que je m’emploie à démêler les fils de la vie de mes ancêtres et ainsi à mieux me connaître.
Je mène conjointement des recherches sur l’histoire familiale de Monsieur.

Quelle est origine de votre nom de famille ?

Il s’avère qu’il existe 3 souches de « ACHON » en France : une en Saintonge, une en Auvergne et une dernière dans l’Aisne. Ont-elles un lien commun ? J’aimerais le découvrir.
Mon époux est issu de la souche auvergnate. J’ai toujours pensé que les « ACHON » de la Haute-Loire (43) étaient cousins car ses ancêtres ont peu bougé. Mes recherches ont confirmé mon intuition. D’ailleurs, ce serait formidable d’organiser une cousinade !
De mon côté, mes ancêtres paternels sont essentiellement picards et mes ancêtres maternels sont normands mais aussi bretons et ariègeois.

Quelle est votre découverte généalogique la plus marquante ?

Il n’y a pas une, mais plusieurs découvertes généalogiques :
– La première est la découverte d’une partie des raisons de l’abandon de ma maman. J’ai d’ailleurs écrit un article à ce sujet, en janvier 2014, sur mon blog : Histoire d’un abandon.
– J’ai découvert également que j’avais une ancêtre silésienne (polonaise) grâce et/ou à cause de Napoléon, une autre de mes aïeules est morte sur l’échafaud, un autre a été galérien, beaucoup sont morts dans le plus grand dénuement…
– J’ignorai également que j’avais une branche ariègeoise émigrée en Algérie.
Nos ancêtres sont des « invisibles », mais comme je l’ai déjà écrit, ils ont une histoire.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre blog Ciel ! Mes aïeux ?

J’ai suivi, début septembre 2012, une formation proposée par la Revue Française de Généalogie : « Ecrire et raconter sa généalogie».
Cette formation était animée par Hélène SOULA, auteure du livre « Raconter son histoire familiale » et Sophie BOUDAREL, généalogiste professionnelle et créatrice du blog : « La Gazette des Ancêtres ».
Suite à cette formation, enthousiaste, j’ai créé mon blog et j’ai édité mon premier billet le 22 septembre… Bientôt six ans…
J’anime ce blog en partageant mes découvertes généalogiques en les plaçant dans leur contexte historique, géographique, sociétal et culturel…
Je participe aussi aux #Généathèmes et au #Challenge AZ initiés par Sophie BOUDAREL.
Lors de l’édition 2015, j’ai partagé des recettes régionales de cuisine de nos ancêtres en racontant leur origine. Cette initiative ayant rencontré un certain succès, je propose depuis, un rendez-vous mensuel nommé #MaCuisineAncestrale, où je partage essentiellement une recette sucrée… Je vous l’ai dit, je suis gourmande ! Mais, je ne suis pas la seule, puisque le nombre d’abonnés ne cesse d’augmenter !
Ciel ! Mes aïeux m’a également permis d’entrer en contact et de faire connaissance avec des cousins  dont j’ignorais l’existence.

Un conseil pour les généalogistes débutants 

Cela a déjà été dit, mais je le répète à mon tour : Posez des questions aux anciens de vos familles avant qu’il ne soit trop tard. Prenez des notes… Cherchez dans les archives familiales…  Soyez curieux ! La curiosité et un peu de méthodologie vous permettront d’écrire la plus belle des histoires… votre histoire !

 

Laisser un commentaire

L’email est maintenu privé et ne sera pas affiché