17    déc 201320 commentaires

Entretien avec Lucie Delarosbil, généablogueuse de Fouilles Trouvailles

Dans le cadre de notre rubrique sur les acteurs de la généalogie, nous partons aujourd’hui au Québec en compagnie de Lucie Delarosbil, généablogueuse de Fouilles Trouvailles. Voici le portrait d’une passionnée.

Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Depuis 21 ans, je vis à Québec. Je suis née en Gaspésie. J’ai grandi à Paspébiac près de la Baie des Chaleurs. Dans ma famille d’origine, je suis la première de trois enfants. Ma mère enseignait et mon père voyageait pour travailler dans la construction. À 17 ans, j’ai quitté mon village pour aller étudier au Cégep de Trois-Rivières. Ensuite, j’ai fondé une famille de trois enfants. Plus tard, je suis retournée aux études, à l’Université Laval, pour compléter un BAC en communications publiques. Puis, trois petits-enfants sont venus s’ajouter à ma vie. De 2006 à 2009, ma grand-mère, ma mère, ma fille, ma petite-fille et moi-même avons vécu une expérience matrilinéaire de cinq générations de filles vivantes. C’est inoubliable. En 2010, j’ai publié deux livres de poésie.

Mon arrière-grand-mère maternelle, Geneviève Aspirot (1885-1925)

Quelle est votre activité actuelle ?

J’en ai plusieurs. Je me consacre à la généalogie et à l’histoire des ancêtres des familles de Paspébiac. J’écris des articles que je publie sur mon blogue Fouilles Trouvailles. La lecture, l’écriture et la recherche occupent beaucoup de mon temps. J’aime transcrire des documents anciens. Je me rends dans les centres d’archives et les bibliothèques pour compléter des recherches. En ce moment, je suis très prise par l’histoire des Acadiens et celle des Premières Nations. Depuis 2012, je fais du bénévolat à la Société de généalogie de Québec, en tant que responsable des périodiques à la bibliothèque. Aussi, je fais de la représentation pour le comité héraldique dans des événements spéciaux à Québec. Cette année, j’ai écrit un article sur mon patronyme  qui a été publié dans la revue L’Ancêtre. Bien sûr, pour faire connaître mon travail de généalogie, comme beaucoup de généablogueurs, je suis active sur des réseaux sociaux : Twitter pour Fouilles Trouvailles, et Facebook pour les Descendants Bertrand Darospide et les Descendants des ancêtres de Paspébiac.

Comment est né votre intérêt pour la généalogie ?

À 29 ans, lors d’une visite chez mes parents, j’ai trouvé deux répertoires sur les habitants de notre village : les BMS de 1773 à 1960. Évidemment, la section de mon nom de famille a aussitôt attiré mon attention. J’ai été fascinée par la brève description de notre ancêtre d’origine basque, et, surtout, surprise qu’il ne soit pas d’origine normande, comme on l’avait longtemps cru. En 2003, en tentant de produire les quatre lignées de mes grands-parents, je me suis rendue compte de l’ampleur du travail à accomplir. J’étudiais à temps plein, donc je n’avais pas le temps de me consacrer à cette tâche grandiose. Au printemps 2007, en préparant un voyage en France, j’ai sérieusement décidé de m’investir dans la recherche de mon ancêtre basque. J’ai contacté des responsables de sites de généalogie basque. J’ai travaillé avec une chercheure intéressée par la même recherche. En automne, grâce à un livre de Jean-Claude Paronnaud, et à la mairie de Bidart, tout a débloqué sur l’ancêtre. J’avais réalisé le site Delarosbil, le mystère de Bertrand. J’ai continué d’y inclure de nouvelles pages pendant deux ans. Fin 2009, j’ai commencé à collaborer avec le site Généalogie & Origines Pyrénées Atlantiques. En 2010, j’ai créé mon blogue. Entre 2008 et 2011, je suis allée trois fois au Pays Basque. Depuis, je ne cesse de poursuivre mes fouilles et de publier mes trouvailles.

Quel est l'origine de votre nom de famille ?

L’ancêtre des Delarosbil est aussi celui de tous les Delarosbel, Delarosby, Delarosbyl, Derosby, Derosbie et Desrosby d’Amérique du Nord. Il était né au 18e siècle, à Bidart, dans le Labourd, au Pays Basque. Il était inscrit Darospide sur son acte de baptême et Darrosbide sur son registre de la marine. Son arrière-grand-père paternel, époux de l’héritière de la maison Etcheparea, était né sous le domonyme Rospide, nom de la maison de ses ancêtres à Bardos. D’où venait le premier recensé en 1594 dans cette commune ? Encore difficile de savoir ! Jean-Baptiste Orpustan situe l’origine du nom de famille depuis le 12e siècle, en Soule, sous le toponyme Arrozpide qui signifie en français « chemin de l’étranger ». Par ailleurs, au 14e siècle, en Béarn, une famille Rospide avait vécu à Rivehaute et, une maison Rospide, existé à Sauveterre. De même, on trouve une référence à Jaxu, en Basse-Navarre. Je continue de chercher le chemin parcouru par ces Arrospide, devenus Rospide, entre ces différents lieux. De la Soule (au 12e), en est-il un qui soit passé en Béarn (au 14e), avant qu’un autre arrive à Bardos (au 16e)? Ce genre de questions alimente ma quête généalogique. Une expérience très marquante fut ma visite au domaine de Rospide, à Bardos, en juin 2010.

La maison sur le domaine de Rospide à Bardos

Quelle est la ou les découvertes les plus marquantes que vous avez faites sur votre famille ?

La découverte la plus marquante est une peine de mort à Louisbourg en 1740. À la suite d’un procès pour trois assassinats sur un bateau de pêche, Bertrand Darospide dit Detcheparre, de Bidart, le père de mon ancêtre gaspésien, fut reconnu coupable et mis à mort d’une façon atroce. Cet évènement semble avoir aussi marqué l’histoire de Louisbourg. Une autre découverte marquante est celle de ce même ancêtre qui fut enfermé dans les prisons d’Angleterre, de 1758 à 1763, pendant la guerre de Sept Ans. Les autres découvertes concernent la variété de mes origines (basques, bretonnes, normandes, irlandaises, écossaises, jerséaises, portugaises, anglaises, allemandes), les métissages avec des femmes autochtones (micmaques, abénaquises, malécites) et métisses, les nombreuses familles acadiennes qui ont vécu l’exil pour fuir la déportation. Mes dernières découvertes sont trois filles du roi arrivées à Québec en 1663 et 1668. C’est fantastique, la généalogie ! Et je n’ai pas fini !

L'église de Bidart

Un conseil pour les généalogistes débutants ?

Oui, passionnez-vous ! Fouillez. Fouillez. Fouillez. Lisez. Partagez vos trouvailles. Créez votre site ou votre blogue. Inscrivez-vous sur des réseaux sociaux. Suivez d’autres passionnés. Lisez leurs articles. Inspirez-vous. Écrivez. Lisez les vieux documents, les livres anciens. Faites des projets. Réalisez-les. Soyez patients et persévérants.

Commentaires (20) Trackbacks (0)
  1. Bravo Lucie de t'impliquer de cette façon. Tes conseils pour les généalogistes débutants sont bons à suivre. Je te lis passionnément,,,,,,,,,,,,,,,,,,«Bisous»,,,,,,,,,,,,,,,,xxx,,,,,,,,,,,,,,,,,
  2. Un travail de petite fourmi pour retracer ton histoire, l'Histoire des tiens. Chapeau bas, Madame !
  3. Bravos Lucie continue ton beau travail xxx
  4. Félicitations Lucie, beaucoup de recherches. Tu es patiente et persévérante. Très intéressant à lire. Merci de nous faire partager....... Amicalement. Xx
  5. Vous êtes madame de bon conseil et c'est très intéressant de pouvoir lire tout ces petits trucs, auquel on pense pas toujours à mettre en pratique, merci beaucoup et bonne fin de soirée.
  6. Une très instructive interview, comme toujours sur ce blog !
  7. Trés intéressant!
  8. Bravo Lucie! Nulle récompense n'était mieux méritée par tant de travail de recherches effectuées,de valeur et de méthode.Je suis fière de toi.
  9. Wow Lucie! Quel beau travail! Félicitation! xx
  10. Bravo Lucie ! La passion t'anime. La patience et la rigueur dans la recherche sont les vertues qui font reconnaître ton travail mondialement. Même si tu ne recherches pas d'éloges, prends avec humilité ce qui t'appartient. xx
  11. Bravo Lucie! Quel beau travail que tu fais. Continue ta passion.

    Félicitations!!!!
  12. Bravo Lucie! J'ai bien aimé.Continue.Ta mère xxx
  13. je suis née en martinique je suis issu d'une famille de colons et d'esclave affranchie en 1838 a la commune du robert la grand mere de mon pere s'apellait lise loiuse marie je voudrais savoir plus sur les colons merci
  14. Bonjour Lucie,
    C'est avec beaucoup d'intérêt que j'ai lu votre présentation et vos recherches sont passionnantes. Nous sommes une Association française "La Maison de l'Acadie" à La Chaussée, près de Loudun (86) qui recevons des familles Acadiennes à la recherche de leurs origines depuis 30 ans et nous savons quelle joie cela procure de remonter ainsi le temps !
    Avec toutes mes amitiés
    Michèle Touret
  15. C'est tres interessant cela demnde beaucoup d'energie et de patience. Bonne continuite
  16. Bonjour Lucie, je vous admire, vous faites ce que j'aurais toujours voulu entreprendre, sans savoir par où commencer, et par quel chemin. Vous avez la rigueur, et la façon de vous organiser. J'ai maintenant plus de 80 ans et je gribouille toutes sorte de notes que je voudrais conserver et protéger. Pas assez méthodique, mais quand même passionnée. Je cherche la date de mariage de mes ancêtres aux Etats-Unis, mais je n'y arrive pas. Peut-être un manque de précision dans mes informations, ça reste un cauchemar. Et je m'amuse quand même.
  17. Merci pour vos commentaires ! C'est beau, c'est bon, ça fait du bien. Ça m'encourage de continuer... Et tous ces «j'aime» qui s'accumulent... Et que je ne connais pas.
    Merci au moins 100 fois !
  18. @ Madame Touret: Je prends note de votre commentaire aussi comme une invitation. Merci !

    @ Madame Boisseau : Recevez aussi mon admiration. Je vous souhaite un bon coup de chance !
  19. Lucie j,ai toute lue c,est t,res bien tu est bonne Laurette la arrière grand merre elle t'res belle j'aime
  20. Lucie j,ai toute lue c,EST TRES BEAU TU EST TRES BONNE CONTUNUE J'AIME

Laisser un commentaire

Soumettre

Laisser un commentaire
Veuillez entrer un nom
Veuillez entrer une adresse email

Aucun trackbacks pour l'instant

A propos  |  Contact  |  Vie privée  |  Partager cette page  |  Aide  |  Plan du site
Copyright © 2014 MyHeritage Ltd., All rights reserved