Entretien avec Jenny Schneider, généablogueuse des Aïeux et Fines Herbes

Commentaires3

Voici un nouveau portrait dans notre rubrique sur les personnalités de la généalogie francophone. Nous accueillons Jenny Schneider, archiviste et généablogueuse.

Présentez-vous en quelques lignes :

Jenny Schneider, j’ai 35 ans. Originaire de Normandie, j’ai vécu mes 25 premières années  du côté d’Evreux où je suis née et où vit une grosse partie de ma famille maternelle. J’ai également vécu à Caen dans le cadre de mes études en informatique. Pour les besoins d’une reconversion professionnelle, afin de devenir archiviste, je suis montée à la capitale il y a de cela 10 ans.

J’ai une grande famille. Mon père est issu d’une famille de 7 enfants et ma mère d’une famille de 11 enfants. J’ai 36 cousins et cousines auxquels s’ajoutent les conjoints, les enfants…

J’ai la chance d’avoir encore mes deux grands-parents maternels qui viennent de fêter leurs 69 ans de mariage. J’ai en revanche eu moins de chance avec mes grands-parents paternels que je n’ai jamais connus.

Quelle est votre activité actuelle ?

Je suis archiviste. J’exerce depuis un peu plus de 8 ans aux archives municipales de Boulogne-Billancourt. J’accueille à la fois le public extérieur en salle de lecture (je les aide dans leurs recherches et met à leur disposition les documents qu’ils souhaitent consulter) et les services municipaux qui souhaitent sortir des documents archivés. Je fais également de la conservation préventive, des classements…

Dès le mois de mai, je vais rejoindre l’équipe des Archives Départementales des Yvelines pour de nouvelles aventures.

Alfred Benjamin Pernelle et Germaine Juliette Dufour (mes arrière-grands-parents) lors de leur mariage

Comment est né votre intérêt pour la généalogie ?

J’ai toujours été curieuse. Dévoreuse de livres depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours été intéressée par les histoires « d’anonymes » dans l’Histoire.

N’ayant pas connu mes grands-parents paternels, j’ai beaucoup (et je continue) interrogé mon père qui répond volontiers à mes questions. J’ai d’ailleurs beaucoup de chance, mes parents sont très intéressés et impliqués dans mes recherches. Ma mère se joint avec plaisir à moi lors de mes déplacements en centre d’archives et sur les anciens lieux d’habitations de nos ancêtres.

Passionnée de généalogie depuis au moins mes 18 ans, j’ai commencé sérieusement mes recherches en 2003-2004.

Quelle est l’origine de votre nom de famille ?

Schneider est un nom de métier d’origine germanique, désignant un tailleur d’habits. Ce nom est fréquent en Alsace-Lorraine.

Quand j’ai commencé ma généalogie, je voulais savoir d’où mes Schneider venaient. J’étais persuadée d’être d’origine alsacienne et juive.

De droite à gauche : Victor (mon arrière-grand-père) et ses fils René (mon grand-père) et Roger Schneider, plombiers-couvreurs-zingueurs, sur un toit

Mes Schneider viennent effectivement d’Alsace et plus exactement du Bas-Rhin à côté de la ville d’Obernai. Ils sont de confession chrétienne, je n’ai pour le moment trouvé qu’une ex luthérienne.

Ils travaillaient à la Manufacture d’Arme Royale du Klingenthal et lors sa délocalisation ils sont partis à Châtellerault (Vienne). Ils sont ensuite venus sur Paris et ont fini à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne).

Quelle est votre découverte généalogique la plus marquante ?

Mon couple Pernelle-Miserey : ce sont mes arrière-arrière-grands-parents du côté maternel. Ils viennent des communes de Bennecourt (Yvelines) et de Fains (Eure).

En découvrant la fiche matricule militaire de Charles Benjamin Pernelle, j’ai découvert qu’il avait eu des démêlés avec la justice et surtout qu’il avait abandonné ses enfants.

Extrait du jugement de Charles Benjamin Pernelle et Marie Céline Miserey pour un vol de récoltes, Archives départementales des Yvelines, 3UMAN231

Cette découverte m’a permis de consulter des dossiers judiciaires (série U), des dossiers d’enfants assistés (série X) et de la presse et je n’ai pas encore terminé…

Pour en savoir plus, voir les articles :

–          P comme Pernelle,

–          X comme Série X,

–          Acte insolite : décès de Marie Céline Miserey

–          Félix : Mort pour la France

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre blog Aïeux et Fines Herbes ?

Je suis une jeune généablogueuse, je n’ai ouvert mon blog qu’en avril 2015.

Je me suis décidée à créer un blog lorsque j’ai repris ma généalogie après une grosse période sans recherche. J’y parle de mes trouvailles généalogiques au gré de mes recherches.  Ne souhaitant pas ennuyer mes proches par mes recherches, c’était une bonne alternative afin de partager. Ils peuvent donc suivre mes recherches quand ils le désirent. J’aimerais bien croiser de nouveaux cousins et/ou glaner de nouvelles informations par son biais.

J’essaie d’écrire au minimum un article par mois. Cela semble peu mais ça revient vite. L’année dernière, j’ai participé au Challenge AZ (organisé par Sophie Boudarel), ce qui m’a permis de remplir mon blog assez rapidement, de me faire connaitre et de dialoguer avec d’autres généablogueurs.

Un conseil pour les généalogistes débutants ?

J’en ai trois :

–          Ne vous contentez pas des trois dates ! Ce sont les autres documents d’archives ainsi que les visites sur les lieux, qui sont les plus intéressants et qui permettent d’en connaître un maximum sur le mode de vie de nos ancêtres

–          Ne vous éparpillez pas ! On a tendance à s’emballer quand on trouve des informations. Avec le recul et l’expérience, je reprends mes couples un par un afin de trouver toutes les informations possibles : les trois dates mais aussi trouver tous leurs enfants, les fiches matricules, les recensements de population…

–          Bien noter vos sources !

Laisser un commentaire

L’email est maintenu privé et ne sera pas affiché

  • germain Pierrette


    19 avril 2016

    Bonjour, très interessant. Mon père américain s’appelait john schneider, je n’ai qu’une photo de lui; Il était sur le port de Cherbourg en 1944 ou il a connu maman, puis je suis née en 1945 à Paris (plus discret à l’époque !!) Maman l’attendait à Paris au train. Il n’était pas là. Elle ne l’a jamais revu. Il était de l’ohio. J’ai fait des recherches. j’ai trouvé un john schneider il est décédé à 88 ans. J’ai vu sa photo à cet âge, mais je ne suis pas sûre que ce soit lui. Dommage, mais sans test ADN rien n’est sur. Voila mon histoire. Je ne sais plus quoi faire. Alors j’ai abandonné.

  • Bodin Thierry


    20 avril 2016

    Bonsoir c’est très intéressant ,pour ma part c’est mon grand père et arrière grand père paternel de même que du coté de mon beau frère tous sont nés dans le Bas Rhin.Peut être nous avons une relation familiale éloignée qui sait.