Entretien avec Arnaud Manuardi, président de ‘Racines Italiennes’

Commentaires1

Nous avons le plaisir d’accueillir aujourd’hui Arnaud Manuardi, président de l’association ‘Racines Italiennes’. C’est la troisième fois qu’il répond à nos questions. L’occasion pour Arnaud de nous parler de l’évolution de l’association depuis notre dernier entretien en septembre 2013.

Le stand de l’association avait été pris d’assaut à Marseille lors du XXIIème congrès national de généalogie. Serez-vous présent à Poitiers en octobre ?

 

Le stand de Marseille a effectivement été pris d’assaut lors de cette manifestation mais très peu de personnes ont adhéré et nous ne sommes malheureusement pas rentrés dans nos frais. Nous étions pourtant en terrain conquis et proche de l’Italie. Toutefois, j’ai pu noter que les demandes sur le Piémont et la Calabre étaient nombreuses. L’entraide est notre principal atout et j’ai toujours partagé cette passion avec mon cœur. Toutefois, cela ne suffit pas. Aujourd’hui, nous avons besoin de moyens.

Les Français d’origine italienne sont nombreux. D’où sont originaires les gens qui adhèrent à l’association ?

 

Le nombre d’Italiens dans le monde (hors Italie), en 2011, s’élève à 4,3 millions d’Italiens répartis essentiellement en Europe et en Amérique du Sud. Les descendants d’Italiens (appelés « oriundi ») sont plus de 70 millions dans le monde. Ces derniers sont répartis de la façon suivante :

– Près de 60% en Amérique du Sud (Brésil, Argentine). 25 millions de « oriundi » au Brésil !

– Près de 20% aux Etats-Unis,

– Le reste en Europe et Australie.

En 2013, La présence des Italiens est caractérisée par une forte présence de Méridionaux surtout en Allemagne, en Belgique, en France, Royaume-Uni, Pays-Bas (Sicile, Calabre, Sardaigne). En Amérique latine sont plutôt représentées les régions nord et centre (Brésil, Chili, Uruguay, Argentine, Venezuela). Mais là aussi, les régions méridionales sont davantage représentées, notamment avec une forte communauté calabraise. A titre d’exemple, pour la Calabre, aux Etats-Unis sur les 18 millions d' »oriundi », 75% viennent de régions du Sud de la péninsule. Au Canada, le premier groupe régional des « oriundi » est celui des Calabrais (70% des 30 000 « oriundi » recensés).

On ne peut réellement dire d’où sont essentiellement originaires les adhérents de l’association car les demandes sont diverses et nombreuses. Les personnes qui s’adressent à l’association recherchent de l’aide, une méthode pour avancer car certaines difficultés existent encore un peu même si cela bouge.

Notre précédent entretien date de septembre 2013. Comment a évolué l’association depuis ?

 

Depuis notre précédent entretien un certain nombre de personnes ont visité le site mais très peu décident d’y adhérer. Sans doute celui-ci n’est-il plus d’actualité dans les services qu’il peut proposer et qu’il doit chercher à se moderniser. Je pense notamment en mettant à disposition des actes qui peuvent déjà être numérisés en Italie.

Nous allons lancer un projet de financement afin d’améliorer les offres de services et les fonctionnalités sur le site de Racines Italiennes. Le financement va servir à plusieurs choses : améliorer la sécurité du site de Racines Italiennes, mettre en place un système de collecte commun des généalogies de personnes d’origine italienne mis en place en collaboration avec la Fédération Française de Généalogie, mettre en place un système de collecte d’actes numérisés dans les communes, hameaux et paroisses italiennes.

Si nous avons la chance de collecter suffisamment, nous mettrons en place un système de parrainage pour permettre aux adhérents de prolonger leur durée d’adhésion tout en faisant adhérer d’autres personnes qui recherchent également leurs ancêtres d’origine italienne.

Laisser un commentaire

L’email est maintenu privé et ne sera pas affiché

  • VALLIVERO


    14 mai 2015

    OUI c’est une très bonne idée pour votre Association, affaire à suivre
    Bruna VALLIVERO originaire de Biella Piémont