Origines Sucrées : Laurent Duchêne dévoilé

Commentaires

Il y a quelques semaines, nous avons invité 6 chefs pâtissiers-chocolatiers français à explorer leurs origines, en compagnie du journaliste gastronomique Vincent Ferniot et de la blogueuse Sharon Heinrich de Paris Chez Sharon.

L’un d’eux est le chef pâtissier Laurent Duchêne, titré Meilleur Ouvrier de France en 1993.

Regardez-le ici alors qu’il découvre ses résultats ADN et son histoire familiale :

Laurent Duchêne, titré MOF à l’âge de 30 ans, collectionne les prix de pâtisseries. Il a ouvert sa première boutique dans le XIIIème à Paris en 2001, puis une deuxième dans le XVème en 2010. Cette boutique, baptisée La Pâtisserie de Kyoko, porte le nom de son épouse, qui excelle quant à elle dans le travail du chocolat.

Un assortiment de délices signés Laurent Duchêne

Visitez notre mini-site pour découvrir les autres chefs pâtissiers-chocolatiers et leur histoire familiale

Les origines ethniques de Laurent sont assez variées : de l’Europe du Nord et de l’Ouest (32,5 % Ouest et nord-européen et 24,4 % Anglais) et de l’Europe du Sud (34,6 % Ibère et 2,6 % Italien), mais également 2,5 % Juif ashkénaze et 3,4 % Moyen-oriental.

Vous aussi comme Laurent Duchêne, découvrez vos origines 

‘C’est bien de s’inspirer de beaucoup de choses, de retracer une histoire, on apprend aussi beaucoup de choses en revenant en arrière.’

De ses origines européennes découlent plus de 300 correspondances ADN éparpillées dans le monde entier. Nous avons pu mettre Laurent en relation avec des cousins génétiques en France, aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Suède, en Australie…

Nous l’avons également surpris avec quelques révélations sur son histoire familiale.

Vue Ascendance de l’arbre que nous avons construit pour Laurent Duchêne, remontant sur 5 générations.

Son histoire familiale nous amène, du côté paternel, dans le Loiret et le Loir-et-Cher et du côté maternel dans l’Aisne. Sa généalogie est composée principalement de cultivateurs.

Nous lui avons révélé que son prénom est le nom de famille d’une de ses arrière-grands-mères !

Son arrière-grand-mère qui épousa Jules Etienne Duchêne s’appelait Françoise Adèle Laurent (née le 23 juin 1835 à Sennely, Loiret). Elle était la fille de Claude Laurent (laboureur) et de Françoise Mandhuit.

Acte de naissance de son arrière-grand-mère Françoise Adèle Laurent

Voici ses arrière-grands-parents Jules et Adèle dans le recensement de 1872 de Vouzon (Loiret). Ils étaient alors déjà âgés, Jules avait 50 ans et Adèle 43 ans. Ils apparaissent ici avec leurs 4 enfants (2 filles et 2 garçons). Le grand-père de Laurent naîtra plus tard en 1878.

Son grand-père Joseph Stanislas Duchêne était jardinier, comme on peut le voir dans l’acte de son second mariage avec Marie Henriette Brossamain à Saint-Jean-le-Blanc dans le Loiret le 7 Juillet 1931.

Extrait de l’acte de mariage de Joseph Stanislas Duchêne et de Marie Henriette Brossamain

Les Triqueneaux (ou Triquenaux) de la branche maternelle sont originaires de Soize, dans l’Aisne, en Picardie. Son arrière-grand-père Adonis Arthur Triqueneaux qui naît le 22 décembre 1850 était le fils de François Triqueneaux et de Marie Thérèse Euphrasie Foulon qui s’étaient mariés à Soize en 1843.

Acte de naissance d’Adonis Arthur Triqueneaux

Le grand-père d’Adonis, Antoine Prosper Triqueneaux (l’ancêtre direct, 5 générations, de Laurent) est mort noyé dans un lac en 1833 à Signy-L’Abbaye (Ardennes) au lieu-dit la Fosse au Mortier.

La mère d’Adonis Arthur Triqueneaux était son arrière-arrière-grand-mère Marie Thérèse Euphrasie Foulon. Elle était la fille de Théodore Foulon et de Jeanne Marie Briffoteaux. Théodore et Jeanne Marie s’étaient mariés à Soize en 1809. A son mariage, Théodore était âgé de 24 ans et était tisserand alors qu’à la naissance de sa fille en 1824 il était cultivateur et qu’au mariage de sa fille en 1843, il était déclaré comme propriétaire. Une belle progression sociale.

Avant d’épouser sa grand-mère, son grand-père maternel Alexandre Triqueneaux a été marié avec Marthe Villepeau, fille d’Eugène Villepeau et de Mélanie Vernet, qui n’était autre que la sœur de Marcel Villepeau, qui plus tard adoptera le père de Laurent Duchêne. Donc en bref son grand-père maternel était marié avec la sœur de son grand-père adoptif du côté paternel.

Mariage d’Alexandre Triquenaux et de Marthe Villepeau en 1917

Le mariage eut lieu le 29 décembre 1917 à Orléans. Alexandre (qui était né à Soize en 1896) était le fils d’Adonis Arthur, qui était tisserand, et de Marie Elalie Bellavoine, qui habitaient à Soize. Marthe était couturière. Alexandre était alors ‘soldat au 315e Régiment d’Infanterie, au front des armées.’

Le registre militaire d’Alexandre montre qu’il était alors garçon de café. Il a été incorporé le 9 avril 1915 à 19 ans, et il est passé dans divers régiments d’Infanterie avant d’être démobilisé le 24 août 1919. Il a été blessé le 13 octobre 1916 : plaie en séton avant-bras droit par balle, et brûlé au pied droit par eau bouillante le 30 avril 1918 (en service commandé).

Visitez notre mini-site Origines Sucrées pour en savoir plus sur Laurent Duchêne et sur les autres pâtissiers et chocolatiers

Laisser un commentaire

L’email est maintenu privé et ne sera pas affiché