Origines Sucrées : Angelo Musa dévoilé

Commentaires

Nous avons récemment invité 6 chefs-pâtissiers français à explorer l’influence leurs origines, en compagnie du journaliste gastronomique Vincent Ferniot et de la blogueuse Sharon Heinrich de Paris Chez Sharon.

L’un d’eux est le Chef Pâtissier Exécutif du palace parisien Plaza Athénée.

Regardez ici lorsqu’il découvre ses résultats ADN et son histoire familiale :

Angelo Musa a des origines italiennes et lorraines. C’est à Metz chez le pâtissier Claude Bourguignon qu’il a débuté son remarquable parcours. Depuis, il a été sacré Champion du Monde de Pâtisserie en 2003 et Meilleur Ouvrier de France en 2007.

Un avant-goût des succulentes créations d’Angelo Musa

Son père est né dans le sud de l’Italie et sa mère est née au cœur de la Lorraine. Son histoire familiale nous emmène ainsi dans le Nord Est de la France et dans la lumineuse région des Pouilles en Italie.

Visitez notre mini-site pour découvrir les autres chefs pâtissiers-chocolatiers et leur histoire familiale

Angelo était tout aussi curieux d’en savoir plus sur sa famille italienne que sur sa famille lorraine.

Ses origines ethniques sont majoritairement concentrées sur l’Europe : de l’Europe du Sud (39,7 % italien et 21,6 % grec et italien du sud), de l’Europe du Nord et de l’Ouest (12,6 % anglais et 9,2 % scandinave), de l’Europe de l’Est (8,7 %) et du Moyen-Orient (8,2 %).

De ces origines principalement européennes découlent plus de 200 correspondances ADN éparpillées dans le monde entier. Nous avons pu mettre Angelo en relation avec des cousins génétiques en France, en Suisse, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Italie, en Australie…

Vous aussi comme Angelo Musa, découvrez vos origines

‘Je suis ému et heureux de savoir tout ça, heureux de savoir que je me suis imprégné un peu, sans le savoir, de leurs professions, de toute ma famille.’

Nous l’avons également surpris avec quelques révélations sur son histoire familiale.

Vue Ascendance de l’arbre que nous avons construit pour Angelo Musa, remontant sur 6 générations.

La famille italienne d’Angelo vient d’un petit village des Pouilles, Locorotondo (province de Bari). Son père y est né alors que son père, le grand-père d’Angelo, venait de décéder dix jours plus tôt. Le nouveau-né reçut les prénoms du père défunt. Angelo, quant à lui, a reçu le prénom de son arrière-grand-père.

Acte de naissance à Locorotondo en Italie de son grand-père Marco Musa en 1904.

Angelo a pu découvrir un savoir-faire transmis de génération en génération : l’art de construction en pierres sèches. En effet notre équipe de recherche a retrouvé plusieurs ancêtres d’Angelo exerçant le respectable métier de paretaro. . Le ‘paretaro’ construisait les murs de pierre sèche qui délimitaient les terrains agricoles. Ces délimitations étaient tellement importantes pour les gens que le paretore était non seulement bien payé mais se voyait aussi souvent offrir du vin, du pain frais, du fromage… L’art de la construction des murs en pierres sèches a été ajouté récemment par l’Unesco au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Son ancêtre direct (5 générations) Ignazio Rosato (né vers 1819) était ‘paretaro’. Le gendre de ce dernier, l’arrière-arrière-grand-père d’Angelo, Giuseppe Petrelli (né en 1838 à Locorotondo) était lui aussi paretaro. Et le fils de Giuseppe, Giovanni Petrelli l’était aussi.

Promesse de mariage en 1863 entre son arrière-arrière-grand-père Giuseppe Petrelli, qualifié de paretaro et Angela Rosato, la fille du paretaro Ignazio Rosato.

Le côté maternel d’Angelo Musa nous emmène en Lorraine, plus précisément à Nancy.

Son ancêtre direct (5 générations) Nicolas Berson était laitier alors qu’un autre de ses ancêtres directs (5 générations), Augustin Boulangé était coquetier. Le coquetier était un marchand ambulant qui récoltait les produits frais (notamment les œufs) dans les fermes pour les revendre au marché ou aux professionnels. Le lait et les œufs, des ingrédients essentiels pour la pâtisserie !

Le 28 décembre 1863, le fils de Nicolas, Victor Benjamin Berson et la fille du défunt Nicolas Boulangé, Appoline, qualifiée de modiste, se mariaient à Nancy. Victor Benjamin était alors veuf. Il s’était uni une première fois le 1er octobre 1862 avec Charlotte Barbe Haillus, une lingère de 22 ans, qui était décédée 9 mois après leur mariage et 4 jours après avoir mis au monde un fils. A cette époque Victor Benjamin exerçait le curieux métier de piqueur de chasse, autrement dit  il était un valet de chien qui, muni d’une pique, à pied ou à cheval, menait les chiens durant la chasse (de gros gibier comme le sanglier ou le cerf).

Extrait de l’acte de mariage de ses arrière-arrière-grands-parents Victor Benjamin Berson et Marguerite Apolline Boulangé.

L’arrière-grand-père d’Angelo, Marie Paul Berson, est né à Nancy, au 33 rue St Julien, à 1 heures du matin le 31 octobre 1867. Son père, Victor Benjamin, était alors garçon de caisse dans une banque: Cependant, bien des années plus tard, à la naissance de leur dernière fille,  Françoise Marie Jeanne, le 6 octobre 1881, au 4 rue Ste Anne à Nancy, Victor Benjamin était devenu loueur de fiacres.

Acte de naissance en 1881 de Françoise Marie Jeanne Berson.

Marie Paul Victor Berson, l’arrière-grand-père d’Angelo, suivra les traces de son père en étant loueur de voitures puis simple cocher, suite à des déboires financiers.

Les arrière-grands-parents Paul Berson et Hortense Domergue dans le recensement de Nancy de 1906. Paul était alors cocher.

Ils vivaient au 77 Grande Rue (voie historique de la Vieille ville de Nancy, la rue débute porte de la Craffe, parcourt toute la Vieille ville, et longe notamment le palais des Ducs de Lorraine). Le couple Berson habitait en face de cette façade du palais :

Visitez notre mini-site Origines Sucrées pour en savoir plus sur Angelo Musa et sur les autres pâtissiers et chocolatiers

Laisser un commentaire

L’email est maintenu privé et ne sera pas affiché