Quoi de neuf dans la famille ? Notre arbre généalogique à la lumière des tests ADN

Quoi de neuf dans la famille ? Notre arbre généalogique à la lumière des tests ADN

Commentaires

Quelles sont les origines de nos familles ? Comment se sont-elles construites à travers les siècles et les pays ? Ce sont les questions qui ouvrent le livre de Jean-Louis Beaucarnot et Nathalie Jovanovic-Floricourt.

Cet ouvrage pionnier relie la généalogie aux découvertes génétiques et se révèle incontournable. Ensemble les généalogistes Jean-Louis Beaucarnot et Nathalie Jovanovic-Floricourt racontent, expliquent, décryptent. Tout au long de presque 400 pages, le lecteur est mené du Vietnam à la Russie, de la Bretagne à Pearl Harbor, du Chili à l’Angleterre, et on dévore le livre sans décrocher de la première à la dernière page, tant les histoires qui se succèdent sont toutes plus fascinantes les unes que les autres.

Jean-Louis Beaucarnot

Jean-Louis Beaucarnot le dit clairement dans l’entretien qu’il nous a accordé, les tests ADN représentent la troisième révolution généalogique.

– Comment est née l’idée du livre ? 

– En fait, elle est née dans la tête de mon éditeur, qui m’a proposé d’écrire un livre sur ce sujet qu’il sentait très à la mode – après avoir lui-même fait un test auprès de MyHeritage. J’ai commencé par décliner sa proposition, en lui disant que je ne me sentais pas suffisamment compétent en généalogie génétique. Devant son insistance, je lui ai proposé un deal : je pouvais réunir des témoignages et des récits, montrant ce que les tests ADN pouvaient vraiment et « concrètement » apporter au généalogiste, en passant le relai à un co-auteur plus compétent que moi en généalogie génétique, pour « décrypter » et expliquer les résultats présentés. Cela, afin de donner au public français les informations lui permettant de comprendre l’enjeu de ces tests et de permettre au lecteur de pouvoir, en connaissance de cause, décider de braver ou non l’interdiction en y recourant. J’ai donc travaillé avec Nathalie Jovanovic-Floricourt et nous avons, ensemble, conçu et rédigé ce livre, que l’on a voulu sans équivalent.

– Comment expliquez-vous que les tests ADN fassent fureur en  France ? 

On pourrait dire que cette mode – en quoi je vois ni plus ni moins que la 3ème « révolution » généalogique – est due au fait que la généalogie est un des hobbies culturels préférés des Français. Mais ce n’est pas la seule explication… La majorité des Français faisant des tests, semblent être des jeunes, d’entre 20 et 40 ans, agissant par impulsion et/ou mimétisme – faisant comme un copain – animés par la simple curiosité de leurs origines ethniques qui, pour moi ressortent du gadget… J’assume cette analyse.

En revanche, ces tests seront précieux, capitaux, voire vitaux, pour un public plus restreint, animé par un vrai questionnement généalogique et souvent carrément identitaire.

Je dirai donc que ne sais pas à quoi est vraiment due cette « fureur » mais que le grand message qu’il m’intéressait de faire passer à travers ce livre et qui a achevé de me décider à l’écrire, a été de faire comprendre aux centaines de milliers de Français passionnés de généalogie ce que cette nouvelle approche pouvait leur apporter !

– Que peut découvrir le généalogiste averti grâce à un test ADN ? 

Tout dépend ce qu’il cherche !

Il y a d’abord les personnes à la recherche de leur identité vraie, leur identité biologique : les adoptés, les enfants de l’Assistance publique, les enfants trouvés, les enfants nés de dons de sperme…, autant de personnes pour lesquelles ces tests, via les « correspondances génétiques » peuvent se révéler véritablement « magiques » en leur apportant – enfin ! – la réponse à leur obsédante question.

Il y a aussi tous les généalogistes ayant dans leur arbre des cases restant désespérément vides du fait d’un ou plusieurs « pères inconnus ». Eux aussi, en apprenant à exploiter ces données d’un type nouveau et très techniques, peuvent espérer parvenir à résoudre ces énigmes, tel que l’a fait Franck, un de nos témoins, qui a réussi à force de travail à identifier les pères inconnus de deux enfants de mères célibataires.

Il y a encore, via le chromosome Y, la possibilité, pour le descendant des Chaline du Loiret de savoir s’il a un ancêtre commun avec la famille homonyme établie depuis toute ancienneté dans le Perche…


– Comment imaginez-vous l’évolution de la généalogie génétique ?

Je suis certain que le généalogiste classique va de plus en plus se tourner vers la généalogie génétique. Avec, pour le généalogiste « français de souche » une préférence pour MyHeritage. En effet, pour être le mieux distribué sur le marché français et pour, avec un prix très abordable, présenter des résultats en français, MyHeritage est irréfutablement le fournisseur de test lui offrant – et de très loin – le maximum de cousins génétiques français.

Il est de même certain que, dès que ces tests seront légalisés et sans doute encadrés – ce qui sera forcément le cas à plus ou moins court terme – on verra se développer une nouvelle profession, avec celle de généalogiste génétique, qui fait appel à de vraies connaissances et compétence. Quitte à ce que ces nouveaux acteurs travaillent avec des généalogistes familiaux classiques, comme aussi avec des psychogénéalogistes…

On en est qu’au début et je n’irai pas plus avant en généalogie-fiction.

Aujourd’hui, le plus important est d’informer les passionnés de généalogie et c’est bien là le but de notre livre. Et nous croisons les doigts pour gagner ce pari !

Jean-Louis Beaucarnot et Nathalie Jovanovic-Floricourt, Quoi de neuf dans la famille ? Notre arbre généalogique à la lumière des tests ADN, Buchet/Chastel, janvier 2021, 400 pages. Pour vous procurer ce livre, nous vous dirigeons gracieusement vers la boutique de la Revue française de Généalogie : https://bit.ly/3dN9x9G

Laisser un commentaire

L’email est maintenu privé et ne sera pas affiché

  • JOSETTE POULIQUEN


    12 avril 2021

    Bonjour

    Je souhaiterais faire un test, merci de me dire ce que je dois faire.

    Cdt.