J’ai percé le secret du père biologique de ma mère après 76 ans… et découvert un autre secret

J’ai percé le secret du père biologique de ma mère après 76 ans… et découvert un autre secret

Lisa, une utilisatrice anglaise de MyHeritage, fait des recherches sur l’histoire de sa famille depuis plus de 30 ans. Pendant la majeure partie de cette période, un quart de son ascendance était vide, car le père biologique de sa mère était inconnu. Elle a entrepris de découvrir son identité en utilisant la généalogie génétique… et non seulement elle a découvert son identité, mais elle est également tombée sur des secrets de famille étonnants. Voici son histoire :

Un secret de famille

Ma mère est née en octobre 1946 à Battersea, à Londres. Sa mère âgée de 18 ans, Lilian Monger (ma grand-mère), n’était pas mariée et le nom du père de ma mere n’a pas inscrit sur son acte de naissance.

Lorsque ma grand-mère s’est mariée en mars 1949, ma mère a été réenregistrée sous le nom de famille de son nouveau père. Du point de vue de ma mère, Joe Fenley a toujours été son père. C’est un parent qui a révélé à ma mère que son père biologique était un autre homme. Ma mère a posé la question à ma grand-mère à ce moment-là, mais elle n’a reçu aucune réponse. Après cela ce fut le silence. Mère et fille n’en parlaient jamais.

Linda Monger (plus tard Fenley) vers 1953.

Linda Monger (plus tard Fenley) vers 1953.

Avez-vous fait une découverte grâce à MyHeritage ? Cliquez ici et racontez-nous votre histoire ! 

Maman a toujours supposé qu’elle était le résultat d’une brève liaison après 6 ans de guerre, et que son père biologique n’a jamais su son existence. Nous en avons parlé de temps en temps, et je sais qu’elle aurait aimé des réponses, ne serait-ce que pour satisfaire sa curiosité ; mais au fil des années, il est devenu plus difficile d’aborder le sujet avec ma grand-mère. Quand j’ai commencé à faire des recherches sur mon histoire familiale, j’ai parlé aux frères et sœurs de ma grand-mère, mais personne ne connaissait l’identité du père biologique de maman. Ma grand-mère était restée silencieuse, et ce même durant l’été 1946.

Ma grand-mère est décédée en 1998, en emportant son secret – et tout espoir de découvrir la vérité – avec elle. Cela aurait pu être la fin de l’histoire sans l’avènement d’Internet et l’accès facile aux tests ADN.

Des demi-ombres

Après 30 ans de recherche, en août 2020, j’ai commencé à écrire un livre sur mon histoire maternelle. J’ai décidé de faire un test ADN. Les résultats ont révélé plusieurs correspondances élevées dont j’ai reconnu les noms, mais certains noms m’étaient inconnus. Parce que mon père avait également passé un test, j’ai pu identifier les correspondances liées à moi du côté du père biologique de ma mère. (Ma mère est décédée en 2013, avant que les tests ADN ne soient facilement disponibles.)

J’ai commencé par construire un arbre généalogique autour de ces correspondances proches et j’ai réussi à ajouter environ 250 noms. J’ai identifié notre ancêtre commun : une femme nommée Hannah Thackra, née à Newcastle upon Tyne en 1871. Si mes correspondances proches descendent d’elle et que je leur suis apparentée, alors la logique veut qu’Hannah Thackra soit également mon ancêtre.

Ce fut une découverte passionnante. Un quart de ma lignée qui avait été vide pendant 50 ans contenait soudainement des noms et des demi-ombres de personnes avec qui je partage une parenté.

L’arbre généalogique était compliqué. Hannah Thackra avait épousé Ernest Howes et avait une fille, Linda Howes. Après être devenue veuve, elle avait épousé Robert Claringbold, un veuf avec des enfants de son premier mariage. La fille d’Hannah, Linda Howes, a eu des enfants avec 3 partenaires différents.

J’étais sur le point de découvrir l’identité du père biologique de ma mère, mais l’ADN ne livrait pas ses secrets. Parfois, s’attaquer à l’enchevêtrement de faits et de preuves ADN concernant la famille Thackra ressemblait à lutter contre une pieuvre : à peine quelques tentacules avaient-elles été épinglées qu’une autre s’était déchaînée. Avec le recul, la réponse etait devant mon nez, mais, à l’époque, l’identité du père biologique de ma mère m’a échappé pour des raisons qui sont devenues claires plus tard.

Essayer MyHeritage

Un de mes proches avait fait un test ADN avec MyHeritage, et cela a incité mon père et moi à faire de même. Mes résultats ADN ont révélé plusieurs correspondances proches.

Deux messages et une réponse plus tard, les pièces se sont mises en place comme des dominos en cascade. En l’espace d’une demi-heure, mes correspondances ADN sur MyHeritage avaient percé un secret de famille vieux de 76 ans. Le père de maman est né à Jarrow dans le Tyneside en 1924. Il s’appelait Robert Howes.

Dire que ce fut un moment émouvant est un euphémisme.

Vérités improbables

Dès mon premier test ADN, il était clair que j’avais hérité de l’ADN des familles Thackra et Claringbold. Initialement, il n’y avait qu’une seule personne qui possédait cette combinaison d’ADN : Hannah Thackra et le fils de Robert Claringbold, Christopher. Cependant, il était rentré au Canada en novembre 1945 après avoir combattu en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, il ne pouvait donc pas être le père biologique de maman.

Personne d’autre ne remplissait les critères jusqu’à ce que le test ADN de MyHeritage révèle un scénario que je n’avais pas envisagé : le père biologique de ma mère avait été engendré par le beau-père de sa mère (c’est-à-dire que son père était le père de son beau-père). Robert Howes était l’enfant de Linda Howes et de Robert Claringbold. Ce n’est documenté nulle part et ce n’est clair qu’avec l’analyse de l’ADN. Pour citer l’un des détectives les plus célèbres au monde, Sherlock Holmes : « Lorsque vous avez éliminé tout ce qui est impossible, alors tout ce qui reste, aussi improbable soit-il, doit être la vérité. » La science ne ment pas.

Une découverte inattendue

Et si cela ne suffisait pas, les correspondances ADN ont révélé un autre secret. Mon arrière-arrière-grand-mère, Hannah Thackra, avait eu une liaison. Linda Howes n’était pas l’enfant de son mari. Le père de Linda était un Litvak, un Juif lituanien appelé Louis Levy. Il avait émigré du shtetl de Darbenai en Angleterre dans les années 1890 et s’était installé à South Shields. La famille est bien documentée et j’ai été en contact avec des cousins aux États-Unis qui m’ont fourni une photo. Je l’ai passée dans le Sublimateur Photo de MyHeritage et Deep Nostalgia ™ – Louis était un briseur de cœur !

On pense qu’il s’agit de Louis Levy (il y a une forte ressemblance avec des photographies confirmées des frères et sœurs de Louis), avec le Sublimateur photo de MyHeritage (à gauche), et une capture d’écran de Louis en utisant Deep Nostalgia™ (à droite).

On pense qu’il s’agit de Louis Levy (il y a une forte ressemblance avec des photographies confirmées des frères et sœurs de Louis), avec le Sublimateur photo de MyHeritage (à gauche), et une capture d’écran de Louis en utisant Deep Nostalgia™ (à droite).

Des parents retrouvés

J’ai tenu ma famille au courant de mes progrès et de mes découvertes. Ils m’ont beaucoup soutenu et étaient ravis que j’aie résolu le mystère, en particulier les deux sœurs de ma grand-mère. Je sais que ma mère aurait été ravie aussi.

Le père biologique de ma mère est décédé en 1984, mais j’ai découvert qu’il avait eu trois enfants après la naissance de ma mère. Grâce à une combinaison d’actes de naissance, de registres électoraux et les réseaux sociaux, j’ai réussi à les localiser. Je leur ai écrit – peut-être la lettre la plus importante que j’aie jamais écrite. Ils étaient stupéfaits. Maman avait raison : son père biologique n’était pas au courant de son existence. Lui et ma grand-mère ont dû avoir une brève histoire d’amour pendant qu’il était en congé en Angleterre avant de retourner avec l’armée britannique à Karachi dans l’actuel Pakistan.

La famille a été très accueillante et serviable. Ils m’ont envoyé des photographies et une copie du livret de service militaire de leur père, qui confirmait qu’il avait été en congé à Londres jusqu’en février 1946. La famille a également confirmé la filiation de Robert Howes, ce qui a confirmé ma théorie selon laquelle le père de son beau-père était son père.

J’ai rencontré l’un des demi-frères et sœurs de ma mère et j’espère rencontrer le reste de la famille plus tard cette année. L’expérience a été très positive pour moi. Plus important encore, j’ai completé l’histoire de ma mère, révélé une nouvelle histoire, et debloqué un quart de ma généalogie.

Linda Monger (plus tard Fenley) vers 1956 et son père biologique, Robert Howes (Doyle) dans son uniforme de l’armée britannique en 1946.

Linda Monger (plus tard Fenley) vers 1956 et son père biologique, Robert Howes (Doyle) dans son uniforme de l’armée britannique en 1946.

Les leçons à retenir

Si vous faites sur un recherche similaire et que vous rencontrez des difficultés, mon conseil est le suivant : n’abandonnez pas ! Retrouver des parents inconnus demande de l’expérience et des compétences, mais il faut aussi de la chance. Votre succès dépendra de qui est dans la base de données et peut-être de qui répondra à vos demandes. Des gens font le test ADN tout le temps – vous ne savez jamais quand quelqu’un fera le test et fournira la réponse que vous cherchez. La mienne est venue de quelqu’un dont je n’ai pas reconnu le nom et avec qui je partage seulement 3,3% de mon ADN.

Enfin, souvenez-vous de Sherlock Holmes : « Lorsque vous avez éliminé tout ce qui est impossible, alors tout ce qui reste, aussi improbable soit-il, doit être la vérité. » La science ne ment pas.

Un grand merci à Lisa pour avoir partagé son incroyable histoire ! Si vous cherchez des réponses sur le passé de votre famille, MyHeritage DNA est un excellent point de départ. Commandez votre kit aujourd’hui.

Commentaires

L'adresse e-mail reste privée et ne sera pas affichée.

  • CP

    Catherine Prevost

    6 juillet 2022

    Je suis dans le même cas que cette dame, je ne connais pas mon grand- père maternel. J’ai fait moi aussi un test ADN mais je n’ai aucune réponse.

  • VT

    Virginie Thibert

    24 juillet 2022

    Une histoire similaire avec un grand père américain reparti aux États-Unis à la fin de la guerre mais très peu d’informations le concernant. Une vraie bouteille à la mer

  • MJ

    Michel JEAN

    24 juillet 2022

    Je suis dans la même situation
    Mon père aujourd’hui décédé n’a jamais connu son père biologique
    Le mari de ma grand-mère a donné son nom à mon père. J’ai fait un test ADN qui pour le moment n’a rien donné.

  • CB

    Chantal bruckert épouse Starck

    24 juillet 2022

    Belle histoire, incroyable mais tellement vrai. J’ai fait le test et c’est difficile jusqu’à présent. Je ne connais pas mon géniteur, pas de nom et pas de photo. Il était soldat en Alsace France j’ai l’espoir de trouver.

  • B

    BOUTOU

    24 juillet 2022

    Je suis dans votre cas mais à ce jour je n’ai pas pu percer le mystère. Ma mère ne connaissait pas son père biologique, ma grand-mère n’a jamais voulu révéler son identité, elle est partie avec son secret et ma mère malheureusement est décédée.

  • D

    Dimitri

    24 juillet 2022

    J’ai résolu il y a quelques mois la même recherche que cette dame (correspondant d’ailleurs à peu près aux mêmes dates pour mon grand père paternel), en très grande partie grâce aux résultats des tests que j’ai faits ainsi qu’au travail d’analyse minutieux des documents d’état civils. Très beau témoignage qui montre qu’il faut ne faut jamais perdre espoir dans ce type de recherche.

  • L

    Lzutent

    25 juillet 2022

    J’ai retrouvé ma mère biologique ..décédée.. mais mon géniteur semble être un allemand en piste en 1941 à Poitiers et je n ai pas de possibilité de retrouver des traces..je vais avoir 80 ans et j ai vécu tout ce temps sans savoir qui m avait mis au monde…..la DDASS a réussi à me donner des renseignements mais le seul frère que j ai retrouvé ne veut pas me connaître car étant le fruit d une liaison avec l ennemi….Je suis bien triste

  • N

    NAGEL

    26 juillet 2022

    Belle histoire ! Encourageante ! J’ai également un grand-père inconnu, sans doute un chirurgien à Paris en 1935 ou bien son fils étudiant en médecine … Ma grand-mère alsacienne, dame de compagnie, a donné son nom à mon père, né en 1936. Elle ne l’a pas élevé et elle est décédée quand il était enfant. Mystère jamais résolu à ce jour de l’identité de ce grand-père. Mon test ADN me renvoie à des lointains cousins de cette branche inconnue et, malheureusement, quand je contacte ces cousins membres de MyHeritage, pour accéder à la partie privée de leur arbre, je ne reçois pas de réponse. La quête s’avère ardue.