J’ai enfin trouvé mon père et je suis très heureuse

J’ai enfin trouvé mon père et je suis très heureuse

Inez Tjarda Engelbosch, utilisatrice belge de MyHeritage, ne s’est jamais sentie à sa place. Lorsque l’homme qui l’a élevée a finalement admis qu’il n’était pas son père biologique, elle a décidé de faire un test ADN MyHeritage pour voir ce qu’elle pouvait apprendre sur l’identité de son père biologique… puis, une correspondance ADN est arrivée dans sa boîte de réception avec une relation estimée de « père ». Voici son histoire :

« Bonjour, je suis ton père. »

C’est la première chose qu’il m’a dite, lors de notre premier appel vidéo.

J’ai commencé à pleurer.

J’ai regardé l’homme à l’écran. C’était comme me regarder dans le miroir. Même visage, mêmes cheveux bouclés, même nez. Je sentais que je le connaissais même si c’était la première fois que nous nous parlions. J’avais enfin trouvé mon père et je suis plus qu’heureuse.

Je m’appelle Yves, mais c’est un nouveau nom que j’ai choisi. Mon vrai prénom est Tjarda, et j’habite en Belgique. Tout au long de mon enfance, je me suis demandée pourquoi ma mère avait décidé de me donner ce nom. Était-ce une punition ? Tous les membres de ma famille avaient des noms européens. Ils avaient aussi tous l’air européen. Tout le monde sauf moi.

Je n’ai pas l’air belge et les gens me demandaient d’où je venais. Une fois, je suis allée dans une boîte de nuit et ils ont refusé de croire que je suis belge. J’ai beaucoup souffert dans mon enfance. Ma mère me traitait comme si j’étais un problème. Je ne me suis jamais sentie aimée.

Pendant des années, j’ai eu des questions sur mon identité. J’avais le sentiment que l’homme qui m’avait élevée n’était pas mon père biologique. Un jour, alors que ma mère était hospitalisée, j’ai décidé de lui demander : « Est-il mon vrai père ?

« Oui », a-t-elle répondu. « C’est ton père. »

J’ai donc interrogé mon père à ce sujet. « Pour être honnête », a-t-il dit, « je suis sûr à 80% que tu n’es pas ma fille. »

Quand il a dit ces mots, j’ai senti que je ne pouvais pas respirer.

J’ai donc décidé de faire un test ADN. Je suis allé sur le site de MyHeritage et j’ai commandé un kit. Lorsque les résultats sont arrivés, j’ai immédiatement vérifié mes origines ethniques : 40 % maghrébine. Quoi? Comment était-ce possible? Ce fut un choc total. J’ai eu une correspondance ADN avec une cousine éloignée, alors je lui ai envoyé un message mais elle n’a pas répondu. Je n’ai rien pu faire pour qu’elle réponde, et j’ai décidé de laisser tomber.

Trois ans se sont écoulés. Mes parents ont refusé de me dire la vérité – c’était une perte de temps d’essayer de les persuader du contraire. Il y a un mois et demi, j’ai décidé d’arrêter de chercher et d’arrêter d’y penser.

C’est alors que c’est arrivé.

Mon mari a reçu un e-mail de MyHeritage : « Yves, vous avez une correspondance. » Il a vérifié le compte et m’a dit de venir. « Il faut que tu vois ça, a t-il dit. J’ai regardé son écran et c’était là :

“PÈRE.”

Ce soir-là, j’avais un tour de nuit au travail, et je me souviens que c’était un cauchemar. Je ne pouvais penser à rien d’autre qu’à cette découverte étonnante, après toutes ces années où j’avais cherché et prié pour avoir des réponses.

J’ai essayé, sans succès, de le trouver sur Facebook. Je suis allée me ​​coucher mais je n’ai pas pu dormir. Au matin, j’ai vu qu’un homme au nom bizarre m’avait envoyé un message sur Messenger.

Cet homme cherchait Yves Tjarda (mon nom sur MyHeritage) mais a trouvé Yves Innes (mon nom sur Facebook). Il a regardé mes photos et a vu une ressemblance, alors il s’est lancé. « Utilisez-vous MyHeritage ? » a t-il écrit. « Avez-vous fait un test ADN ? »

J’ai vu le message et j’ai su que c’était lui. Je l’ai donc immédiatement appelé en vidéo. Nous nous sommes regardés quelques secondes.

« Bonjour, je suis ton père » a t-il dit.

Il ne savait même pas que j’existais. Il avait un restaurant, et ma mère y était allée un soir pour dîner. Ils ont eu une histoire d’une nuit. Quand je lui ai parlé d’elle, il ne s’en souvenait même pas – il a dit qu’il avait eu beaucoup de femmes à cette époque.

Il était très triste d’apprendre que j’ai souffert toute mon enfance. « J’aurais voulu le savoir. Je serais venu te prendre ! » Il n’avait pas besoin de plus pour croire que je suis sa fille, et pas seulement à cause de la correspondance ADN : nous nous ressemblons vraiment. Il dit que je ressemble exactement à sa fille aînée.

Toute ma vie, je n’ai eu qu’un frère et j’ai toujours voulu une sœur. Maintenant, j’ai 4 autres frères et 4 sœurs ! Je suis si heureuse et reconnaissante. Il m’a dit que lui aussi était heureux et reconnaissant de m’avoir trouvée. Il a dit à mes enfants de l’appeler « grand-père ».

Depuis que nous nous sommes rencontrés, mon père et moi parlons tous les jours, riant des blagues de l’autre, partageant des histoires. Il habite à Bruxelles, à une heure de chez moi, mais nos retrouvailles ont été compliquées : il a 75 ans, à haut risque de COVID, je ne pouvais donc pas le serrer dans mes bras et je devais garder une distance avec lui. De plus il est musulman, et à cause du Ramadan, je n’ai même pas pu lui offrir à boire !

Commentaires

L'adresse e-mail reste privée et ne sera pas affichée.

  • G

    Guérin

    6 octobre 2021

    Recherche d’un père avec un seul nom. Qui n’existe pas. Introuvable !!! Bizarre… Les recherches ne sont pas fructueuses… .

  • M

    Maghnia

    6 octobre 2021

    Bonjour à vous tous
    J’ai des larmes aux yeux des gens retrouvent leurs parent, ou bien ses enfants,
    J’aimerais bien un retrouver mes fille ( sihem née 1 août en 1985 à Oran je n’ai pas revue depuis sa naissance,
    L’autre fille née 4 janvier 1997 je n’ai pas revue depuis en 1998
    J’ai fait ADN pour retrouver mes filles

  • M

    Maghnia

    6 octobre 2021

    Bonjour à vous tous
    J’ai des larmes aux yeux des gens retrouvent leurs parent, ou bien ses enfants,
    J’aimerais bien un retrouver mes fille ( sihem née 1 août en 1985 à Oran je n’ai pas revue depuis sa naissance,
    L’autre fille née 4 janvier 1997 je n’ai pas revue depuis en 1998
    J’ai fait ADN pour retrouver mes filles

  • B

    Bevand

    6 octobre 2021

    J’aimerais tellement que votre histoire se répète à mon niveau et que je retrouve mon grand père !
    Plein de bonheur à vous !

  • D

    Dominique

    6 octobre 2021

    Bonsoir je recherche mon père biologique il est Italien, il semblerait qu’il ait perdu une main dans les années 60, qu’il conduisait une voiture de sport beige décapotable avec des sièges rouge, qu’avant son accident il faisait peut-être de la boxe dans le canton de Neuchâtel

  • P

    peebodee

    7 octobre 2021

    bonjour à tous,
    j’ai retrouvé le vrai père de ma grand-mère paternelle, avec uniquement un nom et un prénom. à force de recherche pendant 4 années, un test ADN de semi-fratrie a confirmé le lien.

  • ED

    Eric Demeyer

    7 octobre 2021

    Je suis très touché par ce récit qui a un point commun avec moi. En effet, j’ai su à 33 ans que mon père, qui m’a élevé n’était pas mon père biologique et il m’a connu à 1 an en 1965. Cette révélation de ce secret de famille est arrivée à la veille de sa mort. Ma mère avait une photo de mon père géniteur, militaire au Fort de Mons en Baroeul en 1963, mais, soi-disant, elle l’aurait mis dans le cercueil de ma grand mère maternelle. Et comme par hasard, suite à son décès, je la retrouve au-dessus d’un tas de photos dans une boite en carton, qui m’aurait été destinée, pour me la laisser. La photo date de 1963 et la personne me ressemble beaucoup et au verso, il est marqué « Pour Jacqueline avec ses doux baisers. Jean Pierre qui ne l’oublie pas ». J’ai fait le test ADN, ainsi que les messages Facebook, mais rien de concluant alors que j’aurai, peut-être, un frère né avant moi.