Le test m’a permis de remettre les pièces du puzzle dans l’ordre

Le test m’a permis de remettre les pièces du puzzle dans l’ordre

Commentaires

Jean Claude Genre, un utilisateur français de MyHeritage, a grandi en se posant des questions jusqu’à ce qu’un test ADN de MyHeritage et la quête qui a suivi lui permettent de percer le secret de sa naissance.

« Mon histoire commence ainsi : je suis l’aîné d’une famille de trois enfants. Une mère originaire de Franche- Comté et un père avec qui j’ai eu peu de contacts ; français d’origine et  italien par sa mère. 

J’ai découvert les tests ADN il y a quelques années et j’ai tout de suite été  intéressé sans oser franchir le pas. La généalogie, la recherche de mes  ancêtres me passionnaient et j’ai passé beaucoup de temps dans les mairies à la recherche d’actes de naissance. Quelques recherches sur Google sur les différentes plateformes et surtout la lecture d’un texte d’un écrivain célèbre qui avait trouvé ses origines Vikings  grâce à un test m’ont convaincu. Les prix étant devenu plus abordable, j’ai opté pour MyHeritage car j’avais la  possibilité de faire un arbre généalogique en plus du test. Le jour de la fête des pères en 2018 (quand on connaît la suite, pas de  hasard), j’ai commandé un kit et j’ai attendu. 

Les résultats 

J’ai eu les résultats un mois après environ ; la petite musique (orientale) ; le globe qui tourne… Très déçu, j’ai cru à une mauvaise blague. Je m’étais fait avoir. 26% juif séfarade, grec, ibère… Mes ancêtres paternels et maternelles vivent dans le Jura depuis plus de 500 ans, alors les italiens ? les Juifs? 

La mère de Jean Claude

Puis en regardant les matchs, j’ai vu qu’ils étaient eux aussi presque tous d’origine juive d’Afrique du nord. J’ai douté ! Puis j’ai fait mon enquête. Mes parents se sont mariés un mois avant ma naissance. J’ai appris que ma mère avait connu un homme marié avec enfants dans les années 50. Il était né à Constantine en Algérie.  J’avais un nom possible. J’ai pris un abonnement complet à MyHeritage et  j’ai eu de la chance. La première personne que j’ai contactée m’a confirmé que son oncle avait bien vécu à Paris dans les années 50 et travaillé dans la même société que ma mère ; qu’il avait eu 6 enfants et que voyant ma photo de profil, il était stupéfait car je ressemblais beaucoup à l’un de ses cousins et à certains hommes de sa famille. 

Le père biologique de Jean Claude

Nous avons beaucoup parlé et échangé des photos. L’homme en question jeune ressemblait beaucoup à l’un de mes fils. La chance a continué à me sourire. L’arbre généalogique de l’un de mes matchs m’a amené à une femme qui se trouvait être la soeur de l’homme en question. Ma sœur a accepté de faire un test à son tour et le verdict a été sans appel : demi-sœur. J’étais certain à ce moment que l’homme qui m’avait donné son nom n’était pas mon père biologique ; que mon oncle décédé en bas âge dont je porte le prénom n’était pas mon oncle. 

Huit mois après mon test, une jeune femme eu eu la bonne idée de faire un test ADN et nous avons compris qu’elle était ma nièce. Quand elle m’a donné le nom de son grand-père, j’ai su que j’étais arrivé à destination. L’homme qui m’a aidé au début a fait un test lui aussi. Il était bien mon  cousin. 

Ses demi-sœurs Hélène et Annie et sa nièce Héloïse

Les pièces du puzzle

Je ne peux pas dire que j’ai été traumatisé par ce qui m’arrivait. Comme je l’ai dit, je n’avais pas beaucoup de contact avec mon père ; mes parents ayant divorcé assez tôt. Au contraire, je me suis senti en accord avec beaucoup de  choses que j’avais vécues. Mon physique très typé, très méditerranéen sans ressemblance avec mon père, mon frère et ma soeur mais parce-que j’avais une grand-mère italienne, je pouvais croire que j’étais le seul à avoir pris le côté italien. Pourtant dans mes promenades à Barbès on me parlait souvent arabe ; des  gens m’avaient croisé en Israël alors que je n’y ai jamais mis les pieds. On me  demandait parfois si j’étais de ‘là-bas’. 

Mon intérêt pour l’histoire du Judaïsme et la Shoah dès l’adolescence, je ne me l’explique pas. Peut être ai-je entendu des choses étant bébé. C’est connu ; les adultes parlent devant les enfants pensant qu’ils ne comprennent rien. 

Sa demi-sœur Annie et la nièce qui a été la première à contacter Jean Claude

Les choses se sont accélérées. Ma nouvelle nièce a parlé à ses tantes qui m’ont contacté très vite, un peu abasourdies. J’ai su que j’avais deux demi-frères et quatre demi-soeurs supplémentaires. Nous nous sommes parlés, écrits, et nous avons échangé des photos. Pour la première fois je me suis reconnu dans des visages. J’ai compris d’où je venais et ça m’a fait un grand bien. 

Jean Claude et sa demi-sœur Hélène

Faire connaissance et se reconnaître 

Ensuite, il a fallu passer le pont entre ces deux rives. J’ai rencontré ce cousin qui m’a tellement aidé dans mes recherches. Il m’a parlé de sa culture ; nous avons visité ensemble le musée du Judaïsme à Paris ; goûté la cuisine  orientale dans le quartier de son enfance. 

Ensuite j’ai rencontré une de mes sœurs chez elle et bizarrement sans nous connaître, j’ai eu l’impression que nous nous sommes reconnus. Quant à mes pères ; l’inconnu et celui qui m’a reconnu sans savoir qui j’étais…ou pas, ils sont partis tous les deux. L’un en 1998 et l’autre en mars 2020, terrassé par le Covid. Il ne restait plus qu’à aller sur leurs tombes, l’une en Bretagne et l’autre plus récente en région parisienne. 

Quant à moi je suis devenu accro aux arbres généalogiques et à MyHeritage  je traque les nouveaux matchs ; et l’histoire de mes ancêtres, paternels et maternels.  

Bien sûr rien n’a changé concernant le frère et la sœur que j’ai toujours  connus ; cette grand-mère qui n’est plus ma grand-mère de sang reste celle du cœur. Ce test ADN m’a surtout servi à remettre dans l’ordre les pièces du puzzle. »

Laisser un commentaire

L’email est maintenu privé et ne sera pas affiché

  • Melki ep thyssen


    26 avril 2021

    On dit souvent qu’il n y a pas de hasard, le fait qu’une personne de sa famille ait également fait une recherche et matche avec la recherche de Jean Claude est incroyable
    Il a eu beaucoup de chance nous l’avons accueilli avec plaisir et je suis très heureuse pour lui qu’enfin il puisse avoir une réponse à ses questions.