Histoire familiale et mennonitisme

Commentaires1

Dans le cadre de notre rubrique ‘Vos histoires’ dédiée aux témoignages des membres de MyHeritage, nous partons aujourd’hui dans l’Est de la France. Jean François Lorentz, pharmacien biologiste à la retraite, qui effectua sa carrière en Lorraine, habite désormais en Savoie. Père de trois filles et grand-père de 4 petits-enfants, il nous fait découvrir l’histoire du mennonitisme. 

Jean-François Lorentz
Jean-François Lorentz

J’ai commencé la généalogie quand je suis devenu salarié et que j’avais du temps libre. J’aime rattacher l’histoire de la famille à l’histoire apprise à l’école.

Du coté de mon père un certain Jacques Lorentz était maire de Rohr (en Alsace) au moment de la révolution, Il aurait été nommé en 1812 général en chef d’un complot (le complot de Maenolsheim) contre Napoléon.

Je suis membre de MyHeritage depuis 4 ans. Cela m’a apporté des liens avec des cousins lointains, entre autres un descendant de parents polonais vivant en Suisse. Ses ancêtres venus d’Ardèche, comme le grand-père de ma maman, ont émigré en Amérique puis sont revenus en Suisse.

Arrière-arrière-grand-père François Antoine Lorentz, né en 1808
Arrière-arrière-grand-père François Antoine Lorentz, né en 1808

Ma recherche généalogique m’a permis d’en savoir plus sur les ascendants de la mère de ma maman qui étaient mennonites, et de connaître le mouvement anabaptiste mennonite dont les caractéristiques sont la non-violence, le refus de la compromission du pouvoir politique et du pouvoir religieux, le baptême des enfants à l’âge adulte, et le mouvement amish, fondé en 1693 à Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin).

Pierre Neihouser (1863-1934) et sa famille. L'une de ses trois filles est ma grand-mère.
Pierre Neihouser (1863-1934) et sa famille. L’une de ses trois filles est ma grand-mère.

Ma maman m’a souvent parlé de sa cousine anabaptiste de Sarrebourg, Jeanne Kremer née Rupp en 1890. J’ai eu l’occasion de la rencontrer une fois à l’occasion d’un repas, et une autre fois lors de la célébration de son centenaire en 1990.

A cette époque, étant installé depuis 10 ans, je n’avais pas eu et pris le temps d’en savoir plus sur l’histoire mes ancêtres.

J’ai cessé mon activité comme chef d’entreprise en 2000, et j’avais beaucoup de temps libre, passer de 39 à 35 heures par semaine était un luxe, surtout sans baisse de salaire.

J’avais trouvé mes ancêtres Neihouser (Neuhauser) sur un document rédigé par Paul Auburtin (1920-2013, de Sarrebourg). Son épouse Paule Neihouser était une descendante comme ma grand-mère Louise Valentine (1893-1934) d’un certain Jean Baptiste Neihouser (1794-1878). Il était né dans la Principauté de Salm, dépendance de la Broque.

Je n’avais aucune notion sur la Principauté de Salm, jusqu’à ce que je reçoive un message de Suzanne Sommer Pitra qui m’annonçait que nous étions cousins. Elle m’a informé de l’existence d’une association française d’histoire anabaptiste et mennonite AFHAM qui se réunit chaque année le lundi de Pentecôte. J’ai assisté à la première réunion au temple de Toul, partagé par les mennonites et les protestants.

Cette réunion a lieu en Alsace ou en Lorraine, et même en Suisse et en Allemagne, dans des lieux où ont habité des mennonites.

Le mouvement anabaptiste est né après la Révolte de Luther contre les indulgences. Celle-ci avait entrainé une guerre entre les communautés religieuses qui s’est terminée en1598 par l’édit de Nantes.

Le mouvement anabaptiste est né vers 1525 en Suisse sur trois idées : le refus de la violence et de faire la guerre, le refus de la compromission entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux et enfin le refus du baptême des enfants à la naissance.

Ce mouvement n’a pas été accepté par les autorités zurichoises, et ses membres se sont réfugiés en Alsace, où est née en 1693 la dissidence Amish.

Les anabaptistes, déclarés indésirables en 1712, se sont alors réfugiés dans les territoires indépendants de la France, la principauté de Montbéliard, la principauté de Salm et le Palatinat. Après la révolte de Munster en 1535, où les anabaptistes sont devenus violents, le mouvement a adopté le nom de mennonites du nom de Menno Simmons 1496-1561, prêtre hollandais.

Menno Simons
Menno Simons

Lors du rattachement de la Principauté de Salm à la France en 1793, les mennonites émigrèrent vers la France.

Mes ancêtres mennonites venus de Haute-Marne s’installèrent à Pompey (Meurthe-et-Moselle) où ils sont enterrés.

D’autres mennonites ou Amish ont émigré vers les Etats-Unis.

Laisser un commentaire

L’email est maintenu privé et ne sera pas affiché

  • Prenat jean claude


    13 décembre 2016

    Mes grands parents Paternels sont tous originaires de suisse. J’ai retrouvé leur trace depuis 1600 . Ils ont emmigrés en Alsace suite à la guerre des paysans . Je suis à peu prés sur qu’ils étaient Amish. Leur nom: Schedecker . Qui vient du nom de Schedeg ,une petite montagne en suisse.