J’ai retrouvé le frère de mon grand-père 70 ans après sa disparition

Commentaires2

Ceci est un billet écrit par Jess, nouvelle employée de MyHeritage.

En tant que nouveau membre de l’équipe de marketing de MyHeritage, je tiens à me présenter en racontant une découverte au sujet de mon histoire familiale qui a bouleversé ma vie.

Il y a un an, la chose la plus incroyable est arrivée : j’ai retrouvé le frère de mon grand-père que nous avions perdu dans la Shoah.

Mon grand-père était mon héros. Depuis mon plus jeune âge, je le chéris. J’ai de nombreux souvenirs de lui qui sont gravés dans ma mémoire. Je me souviens de nos promenades à bicyclette, de nos plaisanteries sur des vaches rouges magiques et des histoires qu’il me racontait. Je me souviens surtout des chiffres à l’encre bleu sur son bras.

Jess et son grand-père

« Grand-père, pourquoi as-tu des chiffres sur ton bras ? »

« J’ai vécu la Shoah. »

« C’est quoi la Shoah ? »

« Des personnes mauvaises ont tué ma mère, mon père et ma sœur, et j’ai perdu mon frère. »

« Pourquoi ? »

« Parce que nous étions juifs. »

« Comment as-tu perdu ton frère ? »

« Il s’est échappé en Russie pendant la guerre et je ne l’ai jamais retrouvé. Je l’ai cherché partout pendant de nombreuses années, mais je ne sais pas ce qui lui est arrivé.  »

Mon grand-père avait l’habitude de cacher ses larmes pendant ces conversations, mais en vieillissant, il se laissait aller davantage et ses yeux bleus de glace de 90 ans sanglotaient sans retenue, comme s’il était encore un jeune homme, éprouvant l’horreur de la première fois.

Le tatouage d’Auschwitz sur le bras de mon grand-père

Mon grand-père, Abram Belz, a cherché son frère pendant toute sa vie. Il a grandi à Piotrków Trybunalski en Pologne. Sa famille se composait de ses parents, Idel et Malka Ruchel Belzycki, de sa soeur Gitel et de son frère Chaim. Les trois frères et sœurs avaient une vingtaine d’année quand la guerre a éclaté et chacun a connu un destin différent.

Chaim s’échappa du ghetto de Piotrków Trybunalski dès 1939 et passa en zone soviétique. En 1941, la sœur de mon grand-père est morte dans le ghetto, emportée par la tuberculose et en 1942, les parents de mon grand-père ont été déportés et assassinés dans le camp d’extermination Treblinka.

Mon grand-père a été envoyé dans plusieurs camps de concentration, notamment Auschwitz et Mauthausen. Il a beaucoup souffert, mais il en est revenu et a commencé à chercher son frère aussitôt.

Nous avons plein de cartons chez nous, remplis par notre recherche de Chaim. Chaque année, nous avons reçu une réponse disant que Chaim n’avait pas été trouvé et qu’il n’avait probablement pas survécu à la guerre.

L’année dernière, j’ai pris en main la recherche. J’ai utilisé les réseaux sociaux et Internet. Après seulement 10 jours de recherche en ligne, j’ai trouvé le fils du frère de mon grand-père, Evgeny !

J’ai reçu un email qui a changé ma vie. Une femme m’écrivait qu’elle avait lu mon message sur Chaim et qu’elle pensait que l’un des fils de Chaim se trouvait sur l’île de Sakhaline, en Russie. Cet homme, Evgeny, disait lui-même que toutes les informations que j’avais données correspondaient à celles de son père. Nous avons fixé un appel Skype avec Evgeny le soir même et nous étions prêts à lui poser des questions auxquelles seul le fils de Chaim pouvait répondre.

Ma mère, mes trois sœurs et moi-même, nous nous sommes toutes rassemblées autour du lit de ma mère et nous avons attendu qu’Evgeny se connecte sur Skype.

« Bonjour, Jessica ! Je ne vais pas vous dire ce que je ressens en ce moment, car c’est indescriptible. Pour l’instant, je vous envoie juste une photo de mon père. Voyez-vous une ressemblance ? »

Mon grand-père (à gauche) et son frère Haïm (à droite)

Il a envoyé une photo de son père et ma mère a crié et est tombée par terre. Chaim était l’image crachée de mon grand-père. Elle a fondu en larmes. C’était son rêve de voir une photo de son oncle et elle ne pouvait pas croire qu’elle parlait à son cousin germain.

« Nous sommes toutes si heureuses et pleurons ! »

Evgeny : « J’ai moi-aussi les larmes aux yeux et une boule dans la gorge. »

Nous avons prévu une heure de vidéo chat le lendemain matin. Ce fut une nuit blanche. De quoi rêve-t-on la nuit juste avant de rencontrer une famille depuis si longtemps recherchée ? Le lendemain matin, nous avons parlé pendant deux heures, échangeant des larmes, des rires, des photos et des histoires.

Depuis le jour de nos retrouvailles, il ne s’est pas passé un jour sans communication entre nous, malgré la barrière de la langue. Dieu merci, Google Translate existe !

Evgeny et moi avons chacun construit un arbre généalogique sur MyHeritage afin de nous montrer mutuellement la composition de nos familles. Nous avions tous les deux beaucoup à apprendre et avions beaucoup de nouveaux cousins à rencontrer ! MyHeritage a été un outil essentiel car il nous a permis de partager nos arbres généalogiques dans nos langues respectives. Chaque fois qu’Evgeny a ajouté une nouvelle personne ou un nouveau détail à son arbre, j’ai reçu une notification automatique de MyHeritage et j’ai pu en apprendre plus sur ce côté de ma famille que je découvrais enfin.

Quelques mois après nos retrouvailles en ligne, la fille d’Evgeny, Yulia, et sa petite-fille, Anna, sont venues nous rendre visite dans le New Jersey.

Evgeny, Yulia et Anna

Même si nous nous connaissions à peine, nous nous sommes senties instantanément de la même famille et nous nous sommes rendu compte que nous partageons le même humour et la même vision de la vie. Quelques mois après, Evgeny vint à son tour.

Quand ma mère l’a vu à l’aéroport, elle s’est jetée dans ses bras. Ils ont tous les deux pleuré, heureux et tristes à la fois.

Malheureusement, mon grand-père et son frère sont morts tous les deux bien avant nos retrouvailles.

Ils se sont cherchés toute leur vie sans savoir si l’autre était encore en vie. Même si leur rêve ne s’est pas réalisé de leur vivant, il s’est réalisé avec leurs enfants et petits-enfants. Bien que les chances étaient contre nous, après plus de 70 ans de recherche, nous avons trouvé la famille que nous avions perdue dans la Shoah.

Evgeny et Jessica

L’année dernière, nous sommes devenus très proches d’Evgeny et de sa famille. C’est avec le cœur brisé que je vous écris qu’Evgeny vient de décéder. Je suis très reconnaissante d’avoir eu une année pour le connaître et l’aimer. Ce fut un choc de le trouver et c’est un choc maintenant de le perdre.

Depuis sa mort, c’est encore plus important pour nous de garder le lien familial avec sa famille et de le transmettre aux générations futures. L’amour que mon grand-père nous a donné nous a amenés à retrouver son frère et à combler le vide que ma famille a connu pendant des décennies. Nos vies ont été bouleversées pour toujours.

Non seulement cette découverte a changé ma vie, mais elle a aussi changé ma carrière. Je suis très fière de travailler désormais pour MyHeritage, une entreprise qui aide les familles à en apprendre davantage sur leur histoire familiale et à trouver de nouveaux cousins.

 

 

Laisser un commentaire

L’email est maintenu privé et ne sera pas affiché

  • THEVENET


    1 novembre 2017

    Quelle belle histoire, vraiment bravo pour ce site car il donne l’opportunité de voir d’heureux dénouements, des recherches qui aboutissent. C’est toujours aussi émouvant de lire ces témoignages! Merci Myhéritage.

  • Piel, marc


    5 novembre 2017

    Très belle histoire qui chauffe le coeur.