Suivez-nous

Main dans la main pour l’éternité

Commentaires14

Dans la ville de Ruremonde, aux Pays-Bas, se trouve un cimetière dont les différentes sections sont délimitées par des murs de pierre. Les tombes y sont regroupées selon l’appartenance religieuse.

Une des sépultures défie cette séparation entre les croyants. Elle se trouve à la fois dans la section catholique et dans la section protestante, unie par une main en signe d’amour et d’unité, au-delà du mur. La sépulture est connue comme la tombe aux deux mains.

La pierre tombale de Jacob Werner Constantin van Gorkum (photo : cc -by-sa -3.0- Frank_Janssen).

Cette sépulture double perpétue l’union de deux êtres, séparés après la mort de par leurs confessions respectives.

Photo: cc -by-sa -3.0- Frank_Janssen

Né le 10 janvier 1809 à Amsterdam, Jacob Werner Constantin était le fils de John Egbertus van Gorkum (1780-1862) et de Lydia Maria Jacoba de Bère (1787-1849). Jacob fut baptisé le 29 janvier 1809 dans l’Oude Kerk (Vieille Église) réformée à Amsterdam.

Jacob Werner Constantin van Gorkum. Photo: Musée militaire national de Soesterberg

Son père John était était un cartographe militaire talentueux. Jan Egbertus s’était notamment illustré lors de la bataille de Waterloo.

Le 3 novembre 1842 Jacob Werner Constantin van Gorkum, alors colonel de cavalerie, épousa la catholique Josephina Carolina Petronella Hubertine van Aefferden. Un tel mariage entre deux personnes de confession différente pouvait sembler fragile, la différence d’âge de 11 ans n’étant qu’un détail. Ils eurent pourtant plusieurs enfants, dont un fils et deux filles.

Josephina van Aefferden était née le 28 juin 1820 à Ruremonde, l’avant- dernier enfant d’une famille de dix enfants. Ses parents étaient  Jean-Baptiste van Aefferden (1767-1840), membre du Conseil provincial du Limbourg, et Marie Agnès Petit (1779-1861).

Jean-Baptiste van Aefferden appartenait à la Chevalerie du Limbourg depuis 1816 et avait obtenu ainsi le titre d’écuyer. Il  est l’ancêtre de la branche néerlandaise (éteinte en 2006) et de la branche belge de cette famille aristocrate.

Lorsque Jacob décéda le 29 août 1880 à Ruremonde, son tombeau fut construit contre le mur de pierre de la section catholique. Il est fort probable que le couple avait déjà prévu d’unir leurs tombes malgré l’impossibilité d’être enterrés ensemble.

Huit ans plus tard, le 29 novembre 1888, Josephina mourut. Elle ne fut pas enterrée dans la tombe de sa famille, qui occupe une place prépondérante au centre du cimetière. Elle rejoignit son mari ; sa tombe est située contre le mur, jouxtant celle de son mari. Deux mains sculptées compléta la sepulture double en reliant les deux tombes au-delà du mur.

Tombe de la famille van Aefferden (photo: cc -by-sa Frank Janssen)
Pierre tombale de Josephina van Aefferden (photo : cc-by- sa3.0 Frank Janssen).

Laisser un commentaire

L’email est maintenu privé et ne sera pas affiché

  • A. PERRIER


    7 mars 2014

    C’est très émouvant!

  • M.F. Dusséaux


    18 mars 2014

    Très belle histoire surprenante !

  • Hendrik Termeulen


    18 mars 2014

    voilà un exemple pour le monde entier

  • giltay renée


    18 mars 2014

    ses une bel histoire dommage que la fami est éteinte

  • C.FOUACHE


    18 mars 2014

    Voila ce qui prouve que l’on peut toujours s’arranger avec des religions différentes , alors pourquoi autant de guerres dues à la religion ???

  • DELHAYE -JACQUET


    18 mars 2014

    Superbe et grand amour au de-la de la mort. Très émouvant.

  • Jocelyne Hamelin


    18 mars 2014

    Une histoire très touchante et romantique à la fois.

  • TASSI Jocelyne


    18 mars 2014

    Pourquoi séparer les tombes en fonction de leur religion ? Mon grand-père était protestant et ma grand’mère catholique, ils reposent dans le même caveau.
    Malgré tout, vu cette obligation, cette histoire est très touchante et prouve que rien ne peut séparer des êtres qui s’aiment même au-delà de la mort !

  • P.Waymel


    18 mars 2014

    Unis pour l’éternité !

  • Any Anidori


    18 mars 2014

    Histoire très romanesque et surprenante ! Qui illustre bien la phrase « unis par delà la mort » !

  • Fernand Brunette


    18 mars 2014

    Voilà une preuve que l’amour n’a pas de frontière; soit-elle linguistique, raciale ou religieuse.

  • Diane Daoust


    18 mars 2014

    Quelle histoire inspirante!

  • ROCHETIN


    19 mars 2014

    Il y a une histoire semblable dans la chapelle royale à DREUX (28). Deux superbes tombes sculptées : Ferdinand-Philippe, duc d’Orléans et Son épouse, Hélène de Mecklembourg-Schwerin, duchesse d’Orléans
    http://www.patrimoine-histoire.fr/Patrimoine/Dreux/Dreux-Chapelle-Royale.htm

  • duray


    19 mars 2014

    J’ai des descendants en hollande , et voudrais les retrouver, Demëue