Suivez-nous

23 photos de mariage en noir et blanc

Commentaires2

A l’occasion d’un concours pour la Saint-Valentin, nous vous avions demandé de nous envoyer vos plus belles photos de mariage. Nous voulons partager avec vous une sélection de belles photos en noir et blanc que nous avons reçues. Nous en profitons pour remercier toutes les personnes qui ont participé au concours.

Marie-Hélène Eudeline : Mes arrière-grands-beaux-parents, Amélie et Eugène,  le 27 juin 1903 en l’église de Clignancourt.

Ghislain Gauthier : Le mariage de mon arrière-grand-mère avec mon arrière-grand-père le 14 février 1912. Ce qui est spécial, c’est le deuxième mariage de mon arrière-grand-mère du côté paternel qui s’est remariée avec mon arrière-grand-père du côté maternel. C’est ce qu’on peut appeler une réunion de famille. C’est le mariage d’Olivier Martin et de Mary Fleury.

Jean-Michel Schneider : ‘Août 1913. Mes grands-parents Augustine et Édouard se marient en Algérie. Il fait partie de l’infanterie Coloniale. Il a déjà la Médaille Militaire. Il obtiendra la légion d’honneur  dans la guerre de 1914-1918.’

Les parents de ma femme, Marcelle et Robert,  se marient en la Cathédrale Ste Geneviève à  Nanterre en août 1936.

Novembre 1945. En  Algérie les G.I. américains  sont  arrivés ! Noble repère une jeune fille de 20 ans parlant quelques mots d’anglais. Son régiment  part pour la campagne de libération de l’Italie. Noble arrive à obtenir de ses commandants la permission de retourner en Algérie  pour épouser Ginette. C’est ma tante. Bien sûr, il l’emportera aux USA. Elle va avoir 92 ans. Elle vit toujours à Sacramento en Californie.

Christiane Mathieux : 25 avril 1914. Mariage de ma tante Marguerite Gueriaud et de mon oncle Albert Feau. C’était un beau jour, ils étaient heureux, ils ignoraient que leur bel avenir ne durerait que quelque mois. La guerre en a décidé autrement. Mon oncle a été mobilisé, il est parti pour le front, et a été blessé à Chaumont. Il n’est jamais revenu. Il est  MORT POUR LA FRANCE le 16 octobre 1914.

Michèle Furer-Benedetti : Juin 1921. Le mariage de mes arrière-grands-parents Moritz Furer et Anna Martha Tschanz, en l’église de Courtelary, dans le canton de Berne en Suisse. Ils étaient alors respectivement âgés de 24 et 21 ans. Ils auront ensuite 13 enfants.

Ronald Gaufillier : Le mariage de mes grands-parents maternels le 10 mai 1924 à Joinville (Haute-Marne)

Michel François : Le mariage de mes parents le 17 novembre 1925 à Besançon.

Nathalie Brulez : Le mariage de mes grands-parents, René Brulez et Germaine Goettelmann, le 23 juin 1928 à Donnement (Aube).

Mariage de mes grands-parents, Gilbert Chandelier et Jacqueline Bonnard, le 21 mars 1944 à Hersin-coupigny (Pas-de-Calais).

Mariage de mes parents, Gilbert Brulez et Suzanne Chandelier, le 11 avril 1964 à La ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne).

Serge Sappino : Mon père, Denis Sappino, a fait son service militaire à Reims (classe 37). Il fréquentait les bals des villages. Il connut ma mère Adeline qui habitait lérouville (Meuse). Après la bataille de la Somme et la défaite, il fut démobilisé le 5 août 1940. Il décida de retourner dans la famille à Nice et Pignans (Var) pour travailler chez un oncle. Devant les événements tragiques qui se passaient dans le Nord de la France, il demanda l’autorisation de faire venir ma mère Adeline (obtention de l’accord de la grand-mère car celle-ci n’avait pas 21 ans et donc non majeure). Elle rejoint mon père en train après les formalités appropriées et ils se marient le 14 septembre 1941 à Pignans. Elle avait juste 21ans et mon père 24.

Chantal Amelin : Mariage de mes parents le 28 février 1942. Ils se sont mariés juste après la guerre et malgré le désaccord des beaux-parents agriculteurs, qui souhaitait pour leur fille un époux de leur milieu, et non un boulanger. Quelle honte ! Maman a donc attendu sa majorité pour épouser papa. Ils ont fêté leurs noces de jasmin (66 ans de mariage) et auraient sans doute été au-delà si papa n’était pas parti de l’autre côté du chemin.Cinq générations de femmes ont coexistées plusieurs années ( ma grand-mère, ma mère, moi, ma fille et ma petite fille).

Albert Ménil : Le mariage de mes parents, André Ménil & Marie-Alice Baud, le 24 décembre 1942 à Hanoï en Indochine.

Nadine Camporesi : Le mariage de mes parents le 26 août 1949 à Rueil Malmaison où ils sont nés tous les deux. Un petit air coquin tous les deux, vous ne trouvez pas ?

Anne Lorge-Mathy : Le mariage de mes parents, Léon Mathy et Marie Vande Ryse, le 25 juin 1955.

Ida Caiazzo-Grand : Le mariage de mes parents, Francesco Caiazzo et Iolanda Battaglino, à San Severo en Italie le 26 août 1957. Deux anges au Paradis. Vous nous manquez, on vous aime. Vos enfants et petits-enfants.

Jean-Claude Brunelle : Le mariage de mes parents, Claudette Fauquette et Germain Brunelle, en l’église Saint-Germain d’Aix- Noulette en 1958.

Danielle Bna : ‘Mon mariage le 4 avril 1964, déjà presque 52 ans de vie ensemble, et deux enfants. Une aventure à l’âge de 17 ans partie de la France pour l’Italie. Un parcours assez difficile et intense et avec aussi du courage pour affronter le décès de notre garçon de 27 ans. Nous continuons notre chemin avec beaucoup de confiance, espoir et Amour.’

Le gagnant du concours Johann Adell de Ortells nous a envoyé cette photo de mariage datant du 12 janvier 1904 à Blévy, Eure-et-Loir. Voici son histoire.

Lucien et Aline se sont rencontrés dans la pharmarcie où Lucien a commencé comme commis. En grandissant, il se fait surprendre par le pharmacien, son patron en train d’apprendre dans les manuels de remèdes médicinaux à ses moments perdus. Grâce à son patron, Lucien va apprendre tout ce qu’il peut et va devenir herboriste. Il rencontre donc Aline à la pharmacie. Aline est issue d’une famille aisée alors que lui est l’un des fils du garde champêtre et jardinier en chef de la Comtesse de Gouvion-Saint Cyr. Malgré quelques réticences de la part de la famille d’Aline mais grâce à quelques mots bienveillants de la part de Madame la Comtesse, le mariage aura lieu. On distingue sur cette photo de mariage deux milieux sociaux assez différents. Chose encore assez rare à cette époque, ce mariage est un mariage d’amour. À cette époque-là, ils ignorent ce que l’avenir leur réserve et sont plein de joie et d’espoir. Effectivement, il y a du bon et du moins bon à venir. Trois ans après leur mariage, Aline donne naissance à une fille, Lucie. Aline décèdera 2 semaines après avoir mise au monde sa fille, suite à des complications post accouchement. Lucien sera durement éprouvé. Il se remariera deux ans après mais une seconde fois il perdra sa femme quelques années plus tard. Lucien reviendra vivant et non blessé de la première guerre mondiale. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, Lucien développe son commerce et échangera avec les quatre coins du monde des plantes et  des remèdes. Pendant la seconde guerre mondiale, Lucien devient résistant. Il perd presque toutes ses serres de culture lors des bombardements alliés et il s’en remettra difficilement. Après la guerre, Lucien restera très impliqué dans la gestion de sa commune et recevra de multiples honneurs même s’il avoue volontiers rester dans l’anonymat. Il rencontrera Pierre Mendès France et ils échangeront souvent ensemble jusqu’à sa mort en 1961. Deux petites anecdotes maintenant, la première, Lucien avait la réputation d’être particulièrement économe voire « pingre » malgré sa fortune personnelle. La deuxième est que j’ajuste souvent ma cravate devant le même miroir dans lequel Aline a dû se regarder à un moment avant de partir se marier.

Merci encore à tous ceux qui nous ont envoyé leurs photos.

Laisser un commentaire

L’email est maintenu privé et ne sera pas affiché

  • Marie Thé


    10 mars 2016

    Magnifiques photos avec chacune, les histoires de famille.,Bravo à vous .

  • Thierry


    13 mars 2016

    Superbes photos , ma préférée c’est celle de Mr Sappino.