6    juin 20141 commentaire

D-Day : 70e anniversaire du débarquement et de la bataille de Normandie

De nombreuses cérémonies commémorent aujourd’hui le débarquement en Normandie et la bataille qui a suivi. Il y a soixante-dix ans, dans la nuit du 5 au 6 juin, de longs mois de préparation arrivaient à terme. Les Alliés débarquaient sur le sol français, occupé depuis quatre longues années par l’armée allemande. Le débarquement marqua le début de la fin d'un conflit qui ravagea le monde entier entre 1939 et 1945. Paris sera libéré en août 1944 mais l’Allemagne ne capitulera qu’en mai 1945 après avoir défendu Berlin âprement.

Photo Robert F. Sargent (NARA)

Si les Alliés étaient conscients de la nécessité d’un débarquement dès 1942, ce n’est qu’en janvier 1944 que le général américain Dwight David Eisenhower fut chargé de la mise en place de l’opération. Le débarquement est connu sous le nom de code ‘opération Neptune’, la bataille de Normandie sous le nom de code ‘Overlord’.

Le débarquement était initialement prévu pour le 5 juin, mais alors que les convois avait déjà appareillé des ports anglais, ils firent demi-tour en raison des mauvaises conditions météorologiques.  Les forces alliées comptaient en majorité des Britanniques, des Canadiens, des Américains, des Français de l’Armée française de la Libération, mais aussi des belges, des polonais, des norvégiens…

Des cinq plages normandes qui furent le théâtre de cette opération d’envergure, c’est Omaha Beach qui a connu le plus de pertes humaines, ce qui lui vaudra le nom de ‘Bloody Omaha’, ‘Omaha la sanglante’.

Si un ou plusieurs membres de votre famille ont vécu les événements du débarquement et de la bataille de Normandie, n’hésitez pas nous le raconter dans les commentaires ci-dessous.

Commentaires (1) Trackbacks (1)
  1. Extrait de mon livre 1944 un jour le débarquement
    .......

    7 juin
    Quatre bombes à Tinchebray, mitraillage des routes.
    Note de Chantal : Ce mitraillage se répétera presque tous les jours vers 14 h., sur la route en contrebas de la Bichetière. Les avions seront accueillis par les enfants aux cris de "les vloh! les vloh!" (avec l'accent normand).

    4 août.
    Les avions survolent la Bichetière toute la journée cherchant sans doute à repérer 1'Etat-Major du Général Von Kluge, adjoint de Rommel, logé dans la ferme A minuit 1/2 deux bombes ratent de peu la Bichetière. Fin de la nuit dans le chemin creux de la Pleurière.
    Dans la journée les obus tombent. Le chemin est situé entre le point de départ et le point d'arrivée des obus. On les entend siffler au-dessus de nos têtes. Deuxième nuit dans le chemin creux.
    Remplaçant le maréchal von Rundstedt qui avait entamé des négociations avec les Alliés, il prend la tête du groupe d'armées D. Quelques semaines plus tard, il prend également le commandement du groupe d'armées B, anciennement dirigé par le maréchal Rommel, blessé lors d'une attaque aérienne sur le front normand.


    Sur les routes de Normandie

    6 août
    A 14 heures, évacuation d'office.
    Note de Chantal La petite troupe (Jean, Simone et leurs six enfants, Mimi et Jean et leurs huit enfants, tante Thérèse, etc.) part sur les routes, à pied. Une bétaillère transporte les plus petits et les bagages. A chaque passage d'avions sur la route, la troupe s'égaye sur les bas-côtés par crainte des mitraillages.

    Coucher au hameau de Vieu dans un champ.
    .......

Laisser un commentaire

Soumettre

Laisser un commentaire
Veuillez entrer un nom
Veuillez entrer une adresse email
A propos  |  Vie privée  |  Partager cette page  |  Aide  |  Plan du site
Copyright © 2014 MyHeritage Ltd., All rights reserved