9    oct 201320 commentaires

Mois de la généalogie : deuxième concours !

Nous avons reçu la semaine dernière  de nombreuses légendes pour la photo du premier concours dans le cadre du mois de la généalogie. Merci à tous ceux qui ont participés.

Félicitations à Richard Payette, qui a gagné un an en PremiumPlus pour son site familial.

Nous avons aimé sa légende 'La vision de nos ancêtres nous aide à façonner l'avenir'.

La photo représente deux femmes arborant  des masques de protection contre les tempêtes de neige, à Montréal, au Canada, en 1939.

Voici maintenant notre deuxième concours du mois de la généalogie pour gagner un abonnement d’un an en Premium Plus.

Il suffit de nous dire quel ancêtre vous aimeriez rencontrer et pourquoi.

Dites-le nous jusqu’au 15 octobre dans les commentaires ci-dessous.

Participez à nos autres activités de ce mois comme le webinaire gratuit qui portera sur le thème : ‘Conseils pour interviewer les membres de votre famille’.

Bonne chance !

Commentaires (20) Trackbacks (0)
  1. J'aurais aimé rencontré mon aieul René Julien Soif. Il fût soldat sous Napoléon pendant 16 ans (1793-1810) et a participé à toutes les batailles comprises dans ces années dont certaines très célèbres!
    J'ai écrit un billet sur lui son mon blog : http://luniversdeceline.overblog.com/s-comme-soif
  2. J'aimerais rencontrer mon agp Charles Marie Alexandre MATHIS, dcd 3 ans avant ma naissance pour qu'il me raconte la bataille du col de la Chipotte dans les Vosges en 1917 où il fut blessé par balle aux 2 jambes et qui lui a valu la croix de guerre avec palme.
    Je pense que j'aurais eu des détails plus intéressants que ceux du JMO.

    Amicalement
  3. J'aimerais beaucoup rencontrer le premier porteur de mon patronyme, ainsi je saurais qui il est et pourquoi on l'a ainsi nommé.
  4. Le premier ancêtre que j'eusse aimé connaître aurait été Adam, notre aïeul à nous tous et lui demandé pourquoi il avait croqué dans la pomme?
  5. J'aimerais retourner en 1800. Mon ancêtre Michel Daviau a eu deux fils qui s'appelle Jean-Baptiste. Un est né en 1806 et l'autre en 1802. Je n'ai pas trouvé l'acte de baptême de celui-ci. Est-ce qu''il est un fils légitime, un enfant adopté... Mystère??
  6. je crois que je voudrais tous les rencontrer pour connaître leur vie, ce qu'ils ont été tout simplement, et plus particulièrement le premier qui a porté mon nom de famille .....
  7. Je suis en train de découvrir les ancêtres des femmes de la famille,je suis tombée sur Dominique Grégoire VIMBERT instituteur à St Marie aux bosc au XVII siècle, ce qui déjà était in beau métier pour l'époque en campagne...et en cherchant dans les registres je me suis aperçu que souvent c'est lui qui signait les actes, en effet grâce à la révolution il a été nommé. conseiller communal le 23/12/1792 début du calendrier révolutionnaire...oui le rencontrer pour savoir le plaisir qu'il a du avoir à faire ce métier à cette époque où peu savait écrire, savoir qu'il a su donné à ses enfants clercs,greffier...son père déjà faisait déjà les actes dans l'église en tant que clerc..connaître son ressenti sur cette époque de révolution, y a t il cru?
  8. j'aurais aimé rencontrer mon agm irma moisse(1870) quelle m'explique pourquoi ,elle était fasinée par toute les nouveauté de l'epoque ,elle etait la seule de sont village a vouloire la moderniter,l' indépendance materiel ,comment elle a pu convaincre sont mari de la suivre dans ses prise de désition ,alors que les femmes de l'epoque etait juste pour suivre leur époux ,je l'admire enormémant pour sa moderniter
  9. J'aurai aimé connaitre mes grand-mères maternelles, et paternels,
    que je n'ai malheureusement pas connu.
    Je pense qu'elles m'aurait de l'amour maternelle, chose, que je n'ai
    pas reçu de ma mère...
  10. Pour ma part, le plus intéressant aurait été de rencontrer Jacques Waterlot, première personne connu de moi même, portant mon nom de famille, afin qu'il puisse me relancer dans mes recherches et m'expliquer d'où vient exactement ce nom et depuis quand existe t-il ...
  11. S'il y a une personne que j'aurais aimé rencontrer, c'est bien mon arrière-arrière-grand-père Heinrich Friedrich. Né à Goëls, en Allemagne, en 1809, il a fuit les troubles politiques qui secouaient le Schleswig-Holstein pour s'installer en Australie, avec son épouse. Il arrive à Sydney le 6 janvier 1854 à bord du voilier "Howard". Lorsqu'un dénommé James PADDON, anglais installé en Nouvelle-Calédonie, envoie son "bras droit", KNOBLAUCH, en Australie pour recruter des colons afin de les installer sur une concession qui lui a été donnée par la France, à Païta, en échange de services rendus, Heinrich n'hésite pas. C'est donc en compagnie de sa femme et de leurs deux fils nés en Australie, qu'il débarque en baie de Gadji en 1858. A cette époque, la Nouvelle-Calédonie est colonie jeune où il n'existe pas grand-chose et où tout est à faire. A 59 ans, cet homme est reparti de zéro. On lui doit, en autre, la première école de Païta et l'actuelle ėcole publique de cette commune porte d'ailleurs son nom. J'aurais adoré qu'il me raconte d'abord sa vie en Allemagne où il était cocher, puis en Australie où il était maçon et enfin et surtout en Nouvelle-Calédonie où il a du tout recommencer et où la grande majorité de ses descendants sont nés et dont je fais partie. Il aurait eu certainement beaucoup à raconter ! Il est décédé et a été enterré sur sa propriété de Païta 10 ans après son arrivée. Sa tombe existe toujours.
  12. J'aime beaucoup le coup de la pomme. Effectivement quelle idée a eu notre ancêtre universel , bien sûr pour les misogynes ils vont l'excuser , et reporter toute la faute sur Eve. C'est pas juste!!!!
  13. Bonjour ,
    J'aurai aimé rencontrer Rosalia ALCARAZ (1861-1945) mon arrière-arrière-arrière grand-mère car elle détient un lourd secret : qui est le père son premier fils , Miguel ALCARARAZ qui porte donc le nom de sa mère sont père étant inconnu . Et surtout pourquoi elle n'en a jamais parler à personne surtout à ses enfants .
  14. être ou ne pas être: nous ne serions pas , s'ils n'avaient pas étés;
    dans cette rafale de temps qui me passe chaque jour sous les yeux,
    de tous ces individus qui me sont chers sans les connaitre,
    de toutes ces richesses qu'ils m'ont transmissent,
    de la vie qu'ils m'ont offerte si gracieusement avec autant d'amour que de bontée d’âme
    Laquelle de ces personnes j'aurais aimée connaitre?
    Et bien toutes ....
    leurs histoires , leurs savoir , leurs vécus sont tant de raison à ma curiosité, que de choisir une seule personne, retressirait le champs de mes richesses ancestrale
  15. J'aimerais réunir toute ma famille du premier au dernier de mes ancêtres. Après de longues discutions, nous pourrions tous ensemble, compléter notre arbre. Connaître enfin leur histoire.
    Ce serait fascinant de parler de leurs vies, de Leurs joies et de leurs peines. Ensuite, j'écrirais un livre, que je nommerais "Nous"
  16. J'aimerais rencontrer mon grand-père paternel Emile Van Lautem qui avait émigré en Pennsylvanie en 1905 avec ses parents, et savoir quand et pourquoi il est revenu en Belgique pour trouver une épouse francophones (ils sont revenus aux USA ensemble en 1920) alors que la Pennsylvanie était très riche en émigrants belges. Une telle dépense semble irrationnelle alors qu'ils étaient pauvres.
  17. Parmi tous mes ancêtres dont j’ai pu retracer la vie, il y en a vraiment un que j’aimerai rencontrer : Noel Expiré PEROT. Cela tient d’abord aux difficultés auxquelles j’ai du faire face pour retracer sa vie : le temps passé pour les recherches me le rend plus proche que d’autres. Ensuite, parce qu’il est atypique par rapport à mes autres ancêtres : il a été très mobile, contrairement aux plus nombreux qui ont passé leur vie dans le même village. Surtout parce que grâce à lui, la légende familiale d’une lointaine ancêtre espagnole du temps des conquêtes napoléoniennes a enfin pris corps et est devenue réalité. Enfin, la raison pour laquelle j’aimerai le rencontrer est qu’il puisse répondre à toutes les interrogations que suscitent sa vie.

    Oui Noël, pourquoi ?
    Ta naissance suscite une première interrogation : né le mercredi 15 décembre 1790 à Épehy dans la Somme, sais-tu me dire pourquoi ce deuxième prénom : Expiré ?

    Je retrouve ta trace 24 ans plus tard, le 2 mai 1814, beaucoup plus au sud de la France : à Villasavary, dans l’Aude à l’occasion de la naissance de ton fils Michel. L’acte de naissance nous apprend que Michel « a pour père Noël Expiré fondeur en métaux, âgé de 23 ans et pour mère Pétronille GARCIE, âgée de 18 ans ». Elle est originaire de Valladolid où son père, Segard GARCIE, est d’ailleurs boulanger. (La voilà la fameuse ancêtre espagnole dont le nom devait être GARCIA !) Toujours sur l’acte de naissance de Michel, nous apprenons que tu es boulanger « à la suite de l’armée ». Est-ce la raison de ta localisation dans l’Aude à cette période, fin de la guerre d’Espagne et période de repli des français jusqu’aux Pyrénées (de mai à juillet 1813). Choisis-tu d’exercer un métier jugé nécessaire à l’effort de guerre, comme celui de boulanger par exemple, pour échapper à la conscription, Noel ?
    Peut-être que la guerre d’Espagne t’as conduit à Valladolid. Y as-tu rencontré ta compagne Pétronille GARCIE ? Peux-tu m’éclairer sur le fait qu’elle te suive lorsque les français se replient ? Villasavary, où naitra votre premier enfant, n’est pas si loin de la frontière espagnole, Pétronille était-elle déjà installée en France ?
    Un autre Pourquoi Noël : pourquoi déclares-tu tous tes enfants sous des noms différents ? Jacob Expiré PEROT, Jacob Aspiré Noel PEROT, Noel Jacob Aspiré, sans compter ceux qui seront seulement reconnus par Pétronille GARCIE

    Des mouvements, oui, mais pourquoi ? Devant ces changements fréquents d’identité et de domicile, je m’interroge. Qu’est ce qui peut pousser un homme –hormis la nécessité de trouver un travail- à changer autant, hormis l’amour du changement? 4 domiciles, des déclarations multiples d’enfants sous des identités différentes. Pourrais-tu me dire si en entretenant une confusion d’identité, en changeant de résidence, tu souhaitais échapper à la conscription Noël ?

    Mais les pourquoi ne s’arrêtent pas là. Pourquoi décides-tu de te marier à l’âge de 54 ans, avec Pétronille, après avoir eu vos 7 enfants, le dimanche 15 décembre 1844 à Saint-Quentin ? A cette occasion, tu reconnais tes 7 enfants. Tu en auras fait remplir des pages et des pages sur les registres tu dois détenir le record de l’acte de mariage le plus long …

    Noël Expiré PEROT décède le vendredi 24 avril 1868, à l’âge de 77 ans, à Saint-Quentin. Sur son acte de décès, nous apprendrons que Noel Expiré s’était remarié avec Marie Anne DARNOY.
    Que de questions tu as suscité Noel Expiré !
  18. Parmi mes ancêtres j'aurais aimé connaître ma grand-mère paternelle Blanche LEVEL, qui est décédée 6 jours avant ma naissance. j'ai toujours entendu parlé d'elle par ma mère qui l'adorais. Que de recherches j'ai faites sur elle, car elle est née en 1874 non reconnue par sa mère dont elle porte le nom. Abandonnée à 4 jours, placée à l'assistance, aux hospices de Rouen, elle a été placée jusqu'à l'âge de 12 ans, puis de famille en hopitaux, en tant que servante, elle s'est mariée à 20 ans, a eu 7 enfants, puis est devenue veuve, s'est remariée avec Léon, le père de mon père dont elle eu 4 enfants et a divorcé de mon grand-père en 1903. elle était généreuse et soignait les maladies, elle n'a pas connu sa famille, alors qu'elle avait un frère né en 1873, et sa mère avait des enfants de son précédent mariage. J'ai retrouvé sa trace aux archives et tout son parcours d'enfant placée, ainsi que la famille de sa mère qui l'a abandonnée, mais elle était veuve aussi juste avant sa naissance. Dernièrement j'ai retrouvé un cousin qui l'a connue et j'ai pu voir et échanger des photos. elle était avec ses premiers petits enfants qu'elle adorais cela m'a retourné. Je suis la 9ème de 12 enfants et mes frères et soeurs ainés qui l'ont connue parlent toujours d'elle comme grand-mère courselle. Comme j'aurais aimé la connaître.
  19. Bonjour,
    Il y a tellement d'ancêtres de ma famille que j'aurais aimer rencontrer. Mais j'aurais beaucoup aimer rencontrer et connaitre mon grand-père paternel Michel Lelaure. Il est décéder quand mon père étais enfant. J'aurais tellement voulu le connaitre pour qu'il me raconte l'histoire de notre famille. Qu'il me raconte pourquoi et comment il à vécu la guerre. Car oui il à fait la guerre et il en est revenu mais malheureusement il na pas vécu assez longtemps pour nous raconter cette histoire, notre histoire. Pour nous transmettre son savoir, ses connaissances et ses aptitudes au travail. C'étais un homme honnête et de parole d'après ma famille mais j'aurais aimer le voir par moi même. Voila pourquoi j'aurais tellement aimer connaitre mon grand-père car il fait partie de moi comme chacun de mes ancêtres. Ce sont eux qui ont fait de moi ce que je suis. Sans eux je ne serais pas là. Merci à eux, je pense à eux très souvent.
  20. Membre de l'association Edmond Mathis, je cherche à obtenir des renseignements sur ce peintre qui était très certainement Alsacien, né +/- 1900 et réfugié dans le Tarn pendant la guerre où il a enseigné la peinture jusqu'à sa mort 1963/1965?. Je ne trouve personne de sa famille d'autant plus qu'il avait eu des filles, restées dans l'est (?)et qui ont changé de patronyme par le mariage. Je ne sais pas s'il avait eu un descendant masculin . Je vous remercie de m'aider si vous en avez la possibilité car ma démarche est faite pour la mémoire de cet homme à qui nous consacreront une exposition des propres oeuvres que nous avons pu retrouver. Cordialement

Laisser un commentaire

Soumettre

Laisser un commentaire
Veuillez entrer un nom
Veuillez entrer une adresse email

Aucun trackbacks pour l'instant

A propos  |  Contact  |  Vie privée  |  Partager cette page  |  Aide  |  Plan du site
Copyright © 2014 MyHeritage Ltd., All rights reserved