30    juil 20130 commentaire

Un invité dans notre blog : Ty, le généalogiste voyageur

Nous sommes ravis d'introduire un nouvel invité dans notre blog, Tyrell ‘Ty’ Rettke. Après avoir souffert de colite ulcéreuse et subit une série d’interventions chirurgicales, Ty est parti à l’aventure autour du monde. Durant son périple, il aide les personnes qu'il rencontre à retracer l'histoire de leur famille.

Originaire d'une petite ville (Ketchikan) en Alaska, Ty, âgé de 28 ans, s'intéresse à l'histoire et à son propre héritage familial. Pour le premier de ses billets, il est partit en Irlande pour retrouver ses racines.

Ty, 28 ans, de Ketchikan, en Alaska, voyage autour du monde

Les gens  voyagent pour plusieurs raisons. L’une d’elles est de visiter une maison ancestrale. Pour moi, cela inclut l'Irlande. Alors, quand j'ai traversé l'Atlantique pour commencer mon périple, j'ai décidé que l'Irlande était une étape incontournable.

Une partie de mon héritage vient de l'Irlande du côté de ma grand-mère paternelle. La mère de son père, Rose, est née en Irlande en 1849 et à l’âge de 25 ans (vers 1874) elle émigra aux États-Unis. La même année, elle épousa John. Le père de John, Dennis, est né aussi en Irlande et arriva dans le Wisconsin en 1849, où John est né à son tour.

En Irlande, il peut être très difficile de remonter au-delà du début des années 1800 parce que les documents n'ont pas été très bien préservés. Dans ma généalogie, il est regrettable qu'il n'y ait pas beaucoup d'information sur la branche qui vient d’Irlande. Les endroits où ils ont vécu, où ils sont allés à l'église, ce qu'ils ont fait ; tout ceci a disparu. Et parce que les noms de famille sont assez courants - Murphy et Hagerty, je vais devoir redoubler d’efforts pour trouver plus d'information pour trouver leurs traces.

Je ne connais pas l’endroit exact où ils vivaient, mais je vais essayer de tirer profit de ma visite en Irlande! Je suis donc parti avec l'intention de profiter des paysages et de faire la rencontre des irlandais. Ce serait merveilleux de voir une vieille maison ou une église que mes ancêtres ont pu fréquenter, mais comme ce n'est pas possible pour l’instant, j'ai décidé d'apprendre à connaître l'Irlande.

Ainsi, je me suis retrouvé à environ 45 minutes au sud de Dublin, sur un immense terrain de près de 150 hectares, sur lequel se situe notamment un parcours de golf de 18 trous, conçu selon celui d’Augusta aux États-Unis. On entend toujours  le bruit d'une tondeuse quelque part au loin. Le terrain sur chaque côté du parcours appartient à une seule famille, mais il est loué à quelques fermes, dont une ferme laitière. Chaque matin, je passe le long des champs, remplis avec de fleurs aux boutons d'or, et je vais voir les chevaux.

Ty et le yearling

Au cours d’une de ses promenades, un yearling est venu vers moi et m'a laissé le prendre en photo, pendant qu’il tentait de grignoter ma chemise. C'est incroyable d'être dans une campagne si luxuriante. L’intensité du vert est très forte. Ma ville natale, Ketchikan en Alaska, est un endroit très vert, mais les nuances de vert sont beaucoup plus sombres. Les arbres et arbustes ont ici une nuance de vert plus lumineuse. Quand le ciel est bleu et le soleil brille, les allées vertes ressemblent à une peinture. Au loin, vous pouvez voir les champs et de petits groupes de maisons, dont certaines avec de la fumée sortant des cheminées.

Il y a 150 ans, mes ancêtres ont peut-être vécu tout près d'ici, de sorte que ce lieu me semble presque familier, même à presque 20000 kilomètres de chez moi. Ce qui est ironique, c'est que l'Irlande et Ketchikan sont similaires. Les deux sont des îles, et à une latitude semblable. Le temps est le même, à la grande surprise des gens que j’ai rencontré. Ils s'attendaient à ce que je leur parle d’ours polaires, de neige et de glace. C'était amusant d'expliquer que chez moi, je suis souvent en tee-shirt et en jeans, comme ici. Nous avons un peu de neige, c’est vrai mais il pleut essentiellement, 3650 mm par an. L'Irlande est également un endroit très humide, mais certaines personnes sont très étonnées !

Les travailleurs sur le terrain de golf offrent une grande diversité. Il y a quelques anciens qui sont là depuis plusieurs décennies, et il y a un jeune homme tout juste sorti de l'école. Certains ont seulement 5 ou 10 ans de plus que moi, et deux ont l'âge de mon père. C’est intéressant d'entendre leurs histoires sur comment c’était autrefois, et comment c’est aujourd’hui. À l'heure actuelle, comme dans la plupart des pays, l'Irlande souffre du ralentissement économique. Les emplois sont difficiles à trouver et les budgets sont serrés. Comme cela l’était lors de la fameuse famine de pommes de terre, les temps sont durs.

L'hospitalité irlandaise, cependant, n'a pas souffert. Chaque personne rencontrée a la même gentillesse, vivacité d'esprit et humour que ma grand-mère, mon père et moi avons. Ma grand-mère a un sourire malicieux, un esprit vif et elle est toujours prête à plaisanter.

Avant de passer à la prochaine étape, j'ai l'intention de faire quelques recherches pour essayer de trouver des informations sur mes racines irlandaises. Tant pis si je n’en trouve pas, j’aime déjà cet endroit. Et puis, j’aurai une bonne excuse pour revenir !

Suivez le tour du monde de Ty sur www.tysworldtrek.com, sur Facebook.com/tysworldtrek et sur Twitter @Veraqurettke.

MyHeritage publiera bientôt le prochain billet de Ty.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Laisser un commentaire

Soumettre

Laisser un commentaire
Veuillez entrer un nom
Veuillez entrer une adresse email

Aucun trackbacks pour l'instant

A propos  |  Vie privée  |  Partager cette page  |  Aide  |  Plan du site
Copyright © 2014 MyHeritage Ltd., All rights reserved