14    oct 20123 commentaires

L’histoire familiale de Pierre Datchary, utilisateur français de MyHeritage

Aujourd'hui nous avons le plaisir d’accueillir dans la rubrique 'Vos histoires' Pierre Datchary, habitant dans le sud de la France. Son aventure généalogique va vous amener de l'Espagne à la France, en passant par l’Algérie et le Maroc.

Pierre Datchary au bord du Canal du Midi cet été.

1882…Espagne. Région d’Alméria…sous le règne d’Alphonse XII, mon grand-père maternel Salvador Venancio vient au monde dans le petit village d’Alboloduy au pied de la Sierra Nevada. Petits propriétaires terriens, sa mère (veuve)  suite à des manigances a été dépossédée de tous ses biens par le curé et le maire du village ! Mon grand-père, accompagné de sa mère et de ses 2 sœurs, partit s’installer en Algérie vers 1904. Terre française où tout était à construire. Le frère aîné choisit, lui, l’Amérique du Sud et plus particulièrement la terre argentine

1887…Espagne. Région de Murcie…sous le règne d’Alphonse XIII, ma grand-mère Maria del Carmen vient au monde dans le misérable petit village de Portman. Famille très pauvre de 5 enfants ils rejoignirent l’Algérie vers 1905 dans l’espoir d’une vie meilleure et digne.

L’Espagne de la fin du XIXème siècle est submergée par le retard industriel, la crise agraire et l’anarchisme. Se profilent à l’horizon la grippe espagnole, la guerre du Rif, les grandes grèves de 1917 et les dictatures de Primo de Rivera et de Franco. L’Espagne n’a rien à offrir à ses enfants. Mes grands-parents décident donc d’émigrer vers l’Algérie. Les Français y sont installés « durablement ». Tout est à faire pour un maçon habile de ses mains et courageux et pour une femme qui fuit la misère la plus noire et qui est habituée aux durs travaux.

'Des membres inconnus que je recherche.'

Fuyant des conditions misérables, les Espagnols contribuèrent à mettre en valeur des terres impropres à la culture et à participer activement à la construction de l’Algérie française sans en récolter pour autant les fruits ! Ils ont toujours été considérés par le colonisateur comme de la main d’œuvre à bas coût, corvéable à merci et gros travailleurs.

1907... La rencontre se fait et de cette rencontre naîtront 8 enfants.

Suite à de bons échos sur les conditions de travail au Maroc, mes grands-parents émigrent vers Rabat en 1912.

Suit toute une vie de dur labeur pour mon grand-père (maçon) et pour ma grand-mère qui élève dignement 8 enfants dont 7 sont encore vivants (85 à 101 ans) dont ma chère et tendre mère qui vient de fêter ses 90 ans.

Baigné dans ce beau pays qu’est le Maroc, ma jeunesse s’écoulera paisiblement entre une diaspora juive, espagnole, italienne, portugaise, le tout imbibé d’une tolérance raciale et religieuse qui n’a plus d’égal aujourd’hui.

Rabat 1950

Je suis né en 1956 à Rabat au Maroc. Français par mon père, jeune militaire venu découvrir le protectorat français au début des années 40, et Espagnol par ma mère, fille d’immigrés.

Pierre à Rabat en 1957

18 années passées à Rabat avant un retour, définitif, en France en 1974 où je termine mes études. Enseignant dans une école élémentaire, je m’occupe d’une classe d’enfants en situation de handicap.

Issu d’une famille nombreuse, réunie autour d’une grand-mère et d’un grand-père maternel cultivant l’amour des réunions familiales, des fêtes, des anniversaires, des naissances, des communions, des diplômes, des bonnes notes et des dimanches à l’ombre des figuiers ; j’ai été élevé dans un noyau familial solide. Mes grands-parents maternels ont donné naissance à 8 enfants (6 filles et 2 garçons)  dont seule l’aînée a aujourd’hui disparu à l’âge de 100 ans. Toutes mariées à des Français venus vivre ce qu’il restait encore des colonies elles ont donné naissance à une bonne quinzaine de cousins et cousines ! Les deux frères, eux, se sont mariés avec des espagnoles et l’un d’eux vit, à 97 ans, une retraite heureuse aux Canaries.

Je me suis intéressé à la généalogie, non pas pour tenter le record du site le plus fourni, mais plutôt comme remède à un éclatement de notre famille qui semble irréversible. Le noyau dur de ma mère et de ses frères et sœurs semblant en passe de céder devant la dispersion des cousins et cousines qui ne sont liés aujourd’hui que par un fil ténu. Effet du XXIème siècle, de l’égoïsme, de l’éloignement géographique, du centrage de chacun sur sa propre « tribu »…j’ai conscience que mon site n’est qu’un pansement sur une jambe de bois, mais qu’importe, le plaisir est là.

MyHeritage est un outil fabuleux, très professionnel et ludique. Il est important de s’amuser en plongeant au cœur de sa famille et du temps. La structure du site et les multiples possibilités que MyHeritage offre permet d’offrir un arbre généalogique qui soit à la fois juste, précis, aiguisé, complet, mais aussi plaisant, gouleyant, léger et attachant. MyHeritage en a réussi la synthèse.

Rabat 1950

J'ai ouvert ce site il y a 3 ou 4 ans. 160 membres présents qui consultent le site. Certains sont des fidèles, d’autres des utilisateurs occasionnels, d’autres encore… Je n’ai pas réussi à mobiliser les énergies comme je le souhaitais.

Quoi qu’il en soit, monter un arbre généalogique est un pur plaisir, un retour en arrière, une pause.  Oui, une pause, dans notre vie guidée par l’argent, la  réussite, les lendemains toujours mieux que les aujourd’hui, le toujours plus vite, le toujours mieux !! Eh bien non ! je revendique la lenteur, la dégustation, la réflexion, la jouissance et même l’ennui !

MyHeritage m’offre cette pause quotidienne. Merci.

A notre tour de le remercier de nous avoir raconté son histoire familiale.

Commentaires (3) Trackbacks (1)
  1. Pierre

    Je partage tout à fait votre positionnement par rapport à la fuite du temps, "tempus fugit" disaient les latins! Vous dites revendiquer la lenteur...je souscris aussi à cet engagement "militant", me référant au livre du journaliste canadien Carl Honoré "Eloge de la lenteur" paru en 2004. Sachons prendre le temps de nous arrêter, de nous retourner avant de poursuivre notre route. Il n'est pas question ici d'être passéiste ou rétrograde mais de s'appuyer sur le vécu pour préparer l'avenir.
    Je note également que l'immigration est inscrite dans beaucoup de nos arbres généalogiques qu'elle se soit faite d'une région à une autre ou d'un pays à un autre, avec une constante: la recherche d'un travail et d'une vie meilleure. Ce qui était vrai dans les siècles passés l'est encore aujourd'hui: l'actualité le démontre chaque jour!
    Poursuivez et ...dégustez!
    Cordialement
    Patrick
  2. Intéressant de d'avoir ton regard sur le moteur de la création de l'arbre Pierre !;-)
    Jerome D.
  3. Dominique M

    pierre

    je viens de lire ton blog Bravo je suis du meme avis concernant la famille et la lenteur
    cordialement

Laisser un commentaire

Soumettre

Laisser un commentaire
Veuillez entrer un nom
Veuillez entrer une adresse email
A propos  |  Vie privée  |  Partager cette page  |  Aide  |  Plan du site
Copyright © 2014 MyHeritage Ltd., All rights reserved