21    juin 20121 commentaire

Une belle leçon de généalogie avec Gisèle Alabert, utilisatrice de MyHeritage

Gisèle enfant avec son père et son frère

Aujourd’hui nous partons dans le sud de la France en compagnie de Gisèle Alabert, utilisatrice de MyHeritage depuis 2009.

Comme beaucoup, son aventure généalogique débuta lorsqu’elle cessa de travailler. Depuis Gisèle a amassé une masse impressionnante de données sur sa famille.

Originaire de Perpignan, elle vit désormais à Font Romeu, et se partage entre ses recherches généalogiques, sa mère dont elle prend soin, et ses neveux et nièces qu’elle aime gâter.

Lorsque son père décéda en 2005, elle commença par regarder le livret de famille de ses parents et celui de ses grands-parents paternels découverts dans des boîtes contenant de vielles photos et quelques documents. Elle put facilement retracer son ascendance paternelle située dans le département où elle est née et réside.

Pour la branche maternelle, c’était plus compliqué, car il fallait chercher du côté de la Catalogne. Gisèle se rendit donc à Port Vendres, Banyuls sur mer et enfin à Sahorre pour accéder à leurs état- civils.

Bloquée à la cinquième génération, il lui fallut une autre méthode de recherches ; elle se met alors à l’informatique et découvre très vite une foule de renseignements sur internet.

Elle retourne sur le terrain et se rend cette fois à Py au nord de Sahorre.

Elle y déniche quelques actes, et le maire passionné de généalogie lui parle du logiciel qu’il utilise: Family Tree Builder. Au bout d’un an de persévérance, elle trouve finalement la cinquième génération.

Entre temps elle avait repéré une multitude de cousinages avec des personnages célèbres du Roussillon, tels Joseph Jacques Cassanyes, conventionnel de la Révolution Française , Joseph Jacques Césaire Joffre, maréchal de France , Arago, savant et homme politique, ou encore Maillol, peintre sculpteur.

Gisèle nous a confié un tas d’anecdotes sur sa famille. Les premières qu’elle connut lui furent racontées par son père, comme celle sur l'épopée en Russie de l’arrière-grand-père de Gisèle, Gaudérique Alabert, qui travaillait pour l'usine de dynamite Nobel à Paulilles. A la demande de son employeur il accepta de partir avec femme et enfants à Saint-Pétersbourg pour la construction du Transsibérien.

Gaudérique Alabert

Rose Françoise Catherine Noell

Rose Françoise Catherine Noell

Les autres, elle les découvrit elle-même durant ses recherches, ‘des situations digne d'un roman de Marcel Pagnol’, comme elle se plaît à le dire. Pour exemple elle cite la mésaventure de sa grand-mère : ‘Ma grand mère Rose et sa sœur Anna se sont retrouvées sans héritage à cause de leur frère Noël qui avait fait signé un testament en sa faveur par leur grand mère sur son lit de mort. Elle auraient dû chacune avoir une maison et peut-être même une vigne, mais au final elles n’eurent rien.’

Son père abandonna ses études à l'age de 13 ans pour travailler afin d’aider financièrement sa mère. En tant qu’apprenti plombier il travailla dans une villa magnifique à Thuir, qui appartenait alors à une famille d’industriels. Le gardien accompagné de grands dogues allemands impressionnait son père qui le raconta souvent à Gisèle. Quelle ne fut l’émotion de celle-ci lorsqu’elle découvrit cinq ans après le décès de son père que celui-ci était apparenté à cette ‘famille de riches’, comme il disait.

‘Pour avancer dans sa généalogie il faut se situer dans le contexte de l'époque qu'on traverse pour bien mener ses recherches et connaître l'historique des lieux, conseille t-elle. J'ai découvert quelques sites traitant de l'histoire locale et celle des grandes familles catalanes. Certains contiennent des arbres généalogiques .Tout ceci m'a beaucoup aidé’.

Aujourd’hui l’arbre de Gisèle dans MyHeritage, qu’elle qualifie de ‘formidable’, compte plus de 8000 personnes, et elle n’a pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin.

FamilyTree Builder est un logiciel facile à utiliser avec de nombreux outils qui le rend utile et agréable, je le recommande à mes contacts généalogiques et à toutes les personnes qui débute en généalogie, déclare t-elle. Dans la rubrique annotation je prends soin de noter mes sources (il faut respecter le travail de chacun), les copies des actes civils, les liens menant à d'autres généalogies, à des biographies ou des anecdotes.’

Gisèle Alabert

‘Mes proches ne s’intéressent pas trop à la généalogie, peut-être par faute de temps. Je me suis bien mise à cette activité qu'à partir du moment où j’étais à la retraite, donc cette situation ne me dérange pas. J’ai l’espoir qu’après moi, quelqu’un d’autre prendra le relais. Le plus important est fait. Avec l'informatique, une clé USB et le tout est enregistré. En plus avec MyHeritage j'utilise l'option de sauvegarde mensuelle de mes arbres.’

Nous laissons le mot de la fin à Gisèle : ‘Je me suis découverte de nombreux liens avec des bourgeois très riches et des personnalités célèbres de ma région. Si tout ce monde ne m'a pas laissé de biens matériels, en revanche mon arbre généalogique est mon bien immatériel. Ma généalogie c'est mon trésor mais je le partage. Mon travail, je l'ai mis en ligne, ceci m'aide dans mes recherches et aide les autres généalogistes, Il faut s’unir pour mieux progresser.’

Un belle façon de penser et vivre la généalogie. Nous remercions chaleureusement Gisèle d’avoir partagé avec nous une partie de ‘son trésor’ et nous lui souhaitons encore de belles découvertes.

Commentaires (1) Trackbacks (0)
  1. Bravo pour cette belle histoire

Laisser un commentaire

Soumettre

Laisser un commentaire
Veuillez entrer un nom
Veuillez entrer une adresse email

Aucun trackbacks pour l'instant

A propos  |  Vie privée  |  Partager cette page  |  Aide  |  Plan du site
Copyright © 2014 MyHeritage Ltd., All rights reserved