6    mai 20120 commentaire

Une histoire de femmes

Betty

Cette semaine, nous vous invitons à découvrir l’aventure généalogique de Betty Jadaud, utilisatrice française de MyHeritage. Native de la Vendée, elle a été un temps journaliste dans un hebdomadaire local après ses études d’histoire et de droit. Aujourd'hui elle est inspecteur des finances publiques à Versailles.

Sa passion pour la généalogie est née à la fin des années 1970 alors qu’elle était encore lycéenne. Sa mère connaissait beaucoup de détails sur ses grands-parents et arrière-grands-parents et elle était très attachée à sa famille. Et ensemble, elles désiraient en savoir davantage et remonter le plus loin possible dans les générations. A l’époque, leurs recherches passaient obligatoirement par de nombreux courriers et la bonne volonté des employés de mairie qu’elles sollicitaient.

Et puis, Betty, emportée par le tourbillon de la vie, abandonna ses recherches sans les oublier pour autant, avec l’espoir toujours vif de pouvoir les reprendre un jour. Mais il y a quelques années, elle reçut comme cadeau de Noël un logiciel de généalogie qui lui permit de faire le point sur ses recherches.

‘Ayant cette année plus de temps libre, j’ai repris de manière intensive mes recherches et Internet, d’une très grande utilité,  m’a permis de réellement décoller, déclare Betty. C’est ainsi que l’hiver dernier j’ai découvert MyHeritage et j’en suis très satisfaite. Je viens de passer à PremiumPlus et je compte, grâce à cet abonnement, avancer encore plus vite. Je trouve ce site très dynamique, très bien documenté et aussi très esthétique.’

Sa grand-mère maternelle, Marie Laffargue (à droite) en 1935, avec ses parents assis, lorsqu'elle fut élue reine des fraises à Bièvres.

‘Ces recherches généalogiques me permettent également de me détendre le soir ou le week-end après des journées de travail bien remplies et souvent très fatigantes, ajoute t-elle.’

Plusieurs Smart Matches lui ont permis de progresser, en l’aidant notamment à déchiffrer un mot (le surnom d’un ancêtre compagnon) sur un acte d’état civil ancien qu’elle tenta de lire pendant plusieurs semaines. ‘J’espère vivement en recevoir encore beaucoup et entrer en contact avec d’autres membres de MyHeritage ayant des ancêtres communs avec moi, nous a dit Betty’.

La famille lors d'un déjeuner dominical en 1946 ou 1947. La petite-fille au centre est la mère de Betty.

Betty a appelé sa fille Méloë. C'est le prénom de son arrière-arrière-arrière-grand-mère, qu’elle avait découvert en faisant son arbre généalogique : ‘Il m'avait marqué parce qu'à la fois original et harmonieux ; c'est pourquoi j'ai voulu qu'elle le porte, explique Betty. Sa fille très prise par ses études d’archéologie l’aide peu mais suit avec intérêt les progrès des recherches de sa mère.

Méloë

Betty nous en dit plus sur son histoire familiale : ‘L’ancêtre le plus lointain figurant dans mon arbre généalogique est François Anjard décédé en 1630. Je suis issue d’ancêtres variés tant par leurs origines géographiques que sociales, des paysans, bien sûr, notamment en Vendée, du côté paternel, mais aussi de nombreux artisans en Charente, présents pour certains, lors de la rédaction des cahiers de doléances pour les états généraux en 1789 ; des pauvres dans le Lot, mais dont l’un d’entre eux avait épousé une fille de la noblesse locale au XVIIème siècle. Et puis aussi toute une branche issue des Flandres tant française que belge. Bref, des origines très diverses auxquelles je suis très attachée. Et aujourd’hui, je m’intéresse autant à mes ancêtres les plus lointains qu’à leurs descendants, mes lointains cousins.’

Pour conclure, voici le conseil de Betty pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire familiale :

‘J’incite vivement toute personne attachée à  l’histoire de sa famille à commencer ses recherches le plus tôt possible au moment où elle en a le temps et l’envie ; et même si à une période d’intense activité généalogique succède une période plus calme, le travail effectué pourra toujours être repris plus tard par la personne elle-même ou par un autre membre de sa famille parce qu’un arbre généalogique appartient à tous ceux qui s’y retrouvent.’

Nous remercions Betty d'avoir partagé avec nous son histoire familiale. Et puisqu'elle a commencé ses recherches avec sa mère, nous lui souhaitons que dans l'avenir sa fille participera davantage à reconstruire leur histoire familiale. De mère en fille une deuxième fois.

Si vous aussi vous désirez  raconter votre expérience généalogique, écrivez à elisabeth@myheritage.com.

Commentaires (0) Trackbacks (1)

Laisser un commentaire

Soumettre

Laisser un commentaire
Veuillez entrer un nom
Veuillez entrer une adresse email
A propos  |  Contact  |  Vie privée  |  Partager cette page  |  Aide  |  Plan du site
Copyright © 2014 MyHeritage Ltd., All rights reserved