26    août 20100 commentaire

Entretien avec une généalogiste allemande : Margit Rambow

Margit Rambow a 57 ans et vient de devenir grand-mère. Cette employée commerciale dont les enfants ont déjà quitté le nid familial a beaucoup de temps à consacrer à la généalogie. Elle est membre de Compgen ainsi que d'autres listes de diffusion.

Sa passion pour la généalogie l'amène a voyager souvent et elle reste en contact permanent avec ses collègues chercheurs. Son blog de généalogie, rambow.de est un merveilleux outils pour plonger dans le passé.

Comment est né votre intérêt pour la généalogie et qu'est-ce que vous y trouvez de si fascinant ?

L'histoire m'a toujours passionné, j'ai par contre débuté la généalogie assez naïvement. Une grosse partie de ma famille vit dans l'ex-RDA, je n'ai ainsi pu rencontrer beaucoup d'entre eux qu'à la chute du mur. Il est évident que ma curiosité a alors explosé et j'écoutais avec la plus grande attention la moindre des histoires de notre famille de nouveau réunie.

Au début, je voulais tout simplement savoir qui étaient mes grands-parents, comment étaient-ils, comment vivaient-ils ! Les premiers résultats de mes recherches furent si intéressants que je ne pouvais plus m'imaginer un seul instant arrêter cette quête. C'est comme cela que tout a commencé …

Avec les premières informations issues des archives paroissiales (Kirchenbucheinträgen), je consultais dès le début le fameux "Restlosen Auswertungen von Leichenpredigten von Fritz Roth" (une collection de livres sur l'interprétation des recueils de prêches) l'une des mes sources d'informations les plus importantes jusqu'à aujourd'hui, que j'utilise toujours d'ailleurs !
Bien entendu, internet m'a été d'une grande aide, au fur et à mesure du temps on apprend à utiliser correctement cette source incroyable de renseignements et à mettre des informations à disposition d'autres chercheurs.

Jusqu'où êtes-vous remonté dans votre généalogie et quelle a été votre plus belle expérience généalogique ?

Mes recherches se concentrent sur mon ascendance maternelle (Liesegang) et paternelle (Rambow). Puisque beaucoup de personnes de mon ascendance étaient pratiquantes, je peux accéder facilement aux informations. L'arbre généalogique Liesegang est désormais développé jusqu'en 1450, chaque étape étant certifiée par mes trouvailles des archives.

Ma plus belle expérience fut celle de me voir remettre un vieux carton rempli d'actes allant jusqu'à 1700. Ma grand-mère m'avait raconté un jour que sa cousine avait conservé tous les documents et photos de famille et qu'il me suffisait tout simplement de demander pour les obtenir !!

Aussitôt dit, aussitôt fait … mais une réponse bouleversante m'attendait ! Ma tante ne voulait en aucun cas se séparer de ces papiers. Je vous laisse imaginer ma déception. Savoir qu'un tel trésor existe mais ne pas être autorisé à le dépouiller, très amère situation.

Puis, il y a deux ans, tout changeât brusquement. Lors d'une de mes visites à la maison elle me remit soudainement cet héritage.

Ce n'est qu'une fois chez moi que je pris réellement conscience de la valeur des actes. Ils me permettaient de retracer l'histoire des mes ancêtres sur une quantité impressionnante de générations, j'y travaille toujours.

Cette tante bien aimée décéda quelques mois plus tard à l'âge de 85 ans. C'est non sans être remplie d'une certaine fierté que je lui suis tant reconnaissante de m'avoir choisi pour veiller sur ce trésor.

Hormis cette petite histoire, je me réjouis de n'importe quel trouvaille, aussi minime qu'elle soit, et de chaque contact personnel, tout particulièrement ceux des parents dispersés de part le monde.

Votre site, www.rambow.de est très apprécié des généalogistes germanophones. Comment est née cette page et comment en êtes-vous arrivée là ?

J'ai crée première page web en 2000, j'avais à l'époque déjà développé une certaine affinité avec internet ainsi que des connaissances en HTML et PHP. Mes premières recherches m'ont ainsi amené sur Gedbas et Geneanet.org. Mon site a bien changé depuis : une base de données, une bibliothèque numérique ainsi qu'un blog sont venus compléter l'œuvre. Mes contenus sont très appréciés et mes pages sont de plus en plus consultées, cela me fait tout simplement plaisir de pouvoir proposer des informations toujours plus intéressantes.

Quels conseils auriez-vous pour les jeunes généalogistes ?

Comme cela, en général, je n'ai pas de conseil à donner. Le plus important est de rassembler tout ce que l'on trouve et de tout noter. Lorsqu'après plusieurs années on s'aperçoit soudainement que l'on ignore la provenance d'une information, c'est fatal !

Dans ma pièce de travail sont empilés mes dossiers dans une énorme armoire et, c'est peu être bizarre à entendre, mais j'ai déjà pris mes dispositions quant à leur sort si quelque chose devait m'arriver.

Les coopérations avec d'autres généalogistes et chercheurs sont très importantes, cette entraide nous permet d'atteindre nos objectifs. Chaque généalogiste devrait publier ses résultats et laisser les autres participer.

L'apprentissage de la généalogie, c'est aussi l'apprentissage de la patience. Il nous arrive à tous de se retrouver dans un cul de sac. Dans ce cas, il ne faut surtout pas baisser les bras !

Ce texte est une traduction de l'entretien original que vous trouverez ici.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Laisser un commentaire

Soumettre

Laisser un commentaire
Veuillez entrer un nom
Veuillez entrer une adresse email

Aucun trackbacks pour l'instant

A propos  |  Vie privée  |  Partager cette page  |  Aide  |  Plan du site
Copyright © 2014 MyHeritage Ltd., All rights reserved