5    mai 20100 commentaire

Le retour des ancêtres

C'est hier, mardi 4 mai 2010, que le texte officiel validant le processus de restitution des têtes Maori momifiées a été validé par le Parlement français.

C'est donc une quasi-unanimité, 437 voix pour et 8 contre, qui va permettre aux Toi Mokoi collectés par des français au XIXe siècle de regagner leur terre d'origine, la Nouvelle-Zélande. Ceci fait suite à 3 années de polémique débutées après la tentative de restitution par la ville de Rouen dont le musée municipal d'histoire naturelle conservait une tête tatouée et momifiée.

Cette décision a été applaudie par le ministre des Arts, de la Culture et du Patrimoine néo-zélandais, Christopher Finlayson, qui se félicite de la reconnaissance de l'importance culturelle et spirituelle apportée à ces 16 têtes préservées par les musées français (Muséum de Rouen, musée du Quai Branly, ainsi que les musées et centres de recherches spécialisés dans l'art africain et océanien de diverses villes en France).

Des démarches similaires ont déjà été engagées à travers le monde ces dernières années et nombre de ces restes d'ancêtres Maori ont déjà quitté les musées où ils étaient entreposés (dont une grande majorité en Angleterre et aux États-Unis) pour retrouver leur véritable place.

C'est le musée Te Papa de Nouvelle-Zélande, en charge du rapatriement et des demandes, qui conservera les têtes en attendant une consultation avec les différents clans concernés. L'objectif de cette procédure est de localiser la provenance exacte des restes humains afin qu'ils soient inhumés conformément aux rites de leur terre ancestrale. Sur les 500 têtes répertoriées dans le monde, plus de 300 auraient déjà été retournées.

Commentaires (0) Trackbacks (1)

Laisser un commentaire

Soumettre

Laisser un commentaire
Veuillez entrer un nom
Veuillez entrer une adresse email
A propos  |  Vie privée  |  Partager cette page  |  Aide  |  Plan du site
Copyright © 2014 MyHeritage Ltd., All rights reserved